AccueilÉDITO

Pour Poutine, le rap doit être contrôlé par le gouvernement

Publié le

par Guillaume Narduzzi

Vladimir Poutine : « Maintenant que j’ai la première place du classement Forbes, venez donc la chercher ». (Crédit : AFP/Itar-Rtass pool)

Une déclaration qui intervient après l'arrestation du rappeur russe Husky et l'annulation de plusieurs de ses concerts pour "extrémisme".

Vladimir Poutine a fait savoir que son gouvernement allait intensifier le contrôle qu'il exerce déjà sur les musiques urbaines, rapporte la BBC. Si le président russe a cependant précisé qu'il était "impossible" de mettre en place une interdiction totale du rap, il a néanmoins affirmé qu'il fallait en "reprendre le contrôle" et "l'orienter vers un autre chemin".

Une déclaration d'autant plus dérangeante qu'elle a été prononcée lors d'une réunion du Conseil présidentiel pour la culture et l'art à Saint-Pétersbourg. "Le rap et les autres [formes d'art] modernes reposent sur trois piliers: le sexe, la drogue et la protestation", a-t-il poursuivi. "La drogue m'inquiète le plus. C'est le chemin qui mène à la chute d'une nation." Et pour continuer bien comme il faut dans le cliché, Poutine a également avancé que le langage utilisé par les rappeurs était "trop explicite".

Tout ça n'augure rien de bon pour les artistes russes, alors même que le week-end dernier, le rappeur Husky a été arrêté et son concert à Krasnodar a été annulé par la police. En cause ? "L'extrémisme" présumé du chanteur, qui lui a valu douze jours d'emprisonnement. 

À voir aussi sur konbini :