AccueilÉDITO

Pourquoi une pétition demande le retrait de Split de Netflix

Publié le

par Manon Marcillat

(© Universal Pictures International France)

Le film est accusé de véhiculer une fausse image du trouble dissociatif de l'identité.

De la schizophrénie dans Donnie Darko de Richard Kelly, à l’addiction dans Shame de Steve McQueen en passant par les troubles obsessionnels du comportement dans Aviator, les maladies psychiatriques ont toujours inspiré le cinéma et plus généralement la pop culture. 

Le psychiatre Jean-Victor Blanc en a même fait son sujet d’étude dans Pop psy, où il analyse la représentation des troubles mentaux à l’écran ou dans la musique ainsi que la récente illustration de la violence maladive dans Joker de Todd Phillips qui a fait réagir au moment de sa sortie.

Aujourd’hui, c’est Split de M. Night Shyamalan, pourtant sorti en 2017 mais désormais disponible sur Netflix, qui fait polémique. Gros succès critique et commercial au moment de sa sortie, ce thriller mettait en scène le personnage de Kevin (James McAvoy) qui cohabitait avec 24 personnalités plus ou moins violentes.

À sa sortie, le film loué pour ces qualités scénaristiques, avait déjà fait réagir en raison de sa stigmatisation des personnes souffrant de troubles dissociatifs de l’identité (TDI), souvent confondus avec la schizophrénie. The Guardian avait d’ailleurs publié un long éditorial sur l’échec du cinéma à représenter avec objectivité ce trouble, citant également l’exemple de Psychose d’Alfred Hitchcock.

Une pétition a donc été lancée le 22 juin par l’association américaine Kairos Collaborative pour demander le retrait de Split de la plateforme ou d’y insérer “un avertissement expliquant qu’il n’est pas représentatif de ce qu’est le trouble dissociatif de l’identité”.

"Le film représente ce trouble de façon inexacte et ce de plusieurs façons : il exagère la rareté de ce trouble, insinue que ceux qui en sont atteints sont capables d’une métamorphose physique et totale et surtout, il met en lumière le stigmate véhiculé par Hollywood, introduit notamment par des films comme Psychose, selon lequel les personnes souffrant de TID ont davantage de risques d’être violentes ou de porter atteinte aux autres. De ce fait, ceux qui souffrent de ce trouble, ou de toute autre maladie psychique, sont plus susceptibles d’être victimisés”, indique la page de la pétition.

Sous le hashtag #GetSplitOffNetflix sur Twitter, des internautes partagent également leur ressenti quant au film.

Contactée par le HuffPost, une source interne chez Netflix France concède que “le film ne reflète pas forcément la ligne éditoriale” de la plateforme qui assure être “vigilante sur le traitement des thèmes liés à la santé mentale” dans ses productions originales mais ajoute qu’il n’y a à ce jour pas de réflexion autour d’une suppression du film ou de l’ajout d’un disclamer.