AccueilÉDITO

Le métro de Paris est l’un des pires en matière d’accessibilité pour les personnes en fauteuils roulants

Publié le

par Mélissa Perraudeau

@https://www.instagram.com/p/BZR89DfhOWp/?tagged=metroparis

Et sa date de création n’est pas une excuse au vu de l’accessibilité des métros de Londres ou encore de Barcelone.

Ce 21 septembre, le Guardian a publié une enquête simple et efficace sur l’accessibilité des métros aux fauteuils roulants dans quatre grandes villes de différents pays et trois cités américaines. Le site montre à chaque fois la carte du réseau de métro à Tokyo, Barcelone, Londres, Paris, Los Angeles, Washington et New York, puis la même carte avec seulement les stations accessibles aux personnes en fauteuil roulant. Paris a une place de choix, puisque c’est la grande dernière de la liste : seulement 9 stations sur 303 sont entièrement accessibles, et 6 autres ont des rampes mais nécessitent l’assistance d’un agent. Et ces 9 stations se trouvent toutes sur la ligne 14, la dernière ouverte sur le réseau parisien en 1998.

Le métro parisien, grand dernier du classement du Guardian

La capitale française est suivie dans le classement par Londres, avec tout de même 50 stations complètement accessibles aux personnes en fauteuil roulant sur 270, et 21 ayant des rampes accessibles avec l’aide d’un agent. New York, ensuite, propose 117 stations complètement accessibles sur 472, Barcelone 129 stations sur 156, et Tokyo 186 sur 211. Enfin, les métros de Los Angeles et Washington DC sont tous deux complètement accessibles aux personnes en fauteuil roulant. Et si le métro de Paris a ouvert en 1900 et que nombre de ses stations ont été construites avant 1930 comme le Guardian le rapporte, cela ne semble pas une excuse valide vu les dates de création des autres métros.

Celui de Londres n’est par exemple pas moins que le plus ancien métro au monde : il a ouvert en 1863. Certaines parties du réseau de Barcelone remontent d’ailleurs à la même année, et il a commencé à opérer en 1924 — ce qui ne l’empêche pas d’être considéré comme l’un des plus accessibles en Europe. Et que dire du réseau de métro de New York, qui date de 1904 et est l’un des plus grands au monde, et dans lequel d’ici 2020 le nombre de stations accessibles aux fauteuils roulants devrait passer de 117 à 144 ? Comment expliquer, dès lors, l’inaccessibilité critique du métro parisien ?

Un état des lieux alarmant

L’Obs s’est penché sur la question, et remarque déjà que la situation est encore plus difficile dans la réalité qu’en théorie. Les stations supposées être accessibles aux fauteuils roulants se trouvent souvent plus compliquées d’accès que prévu : il faut qu’un agent soit disponible pour celles avec des rampes disponibles sur demande, et que les ascenseurs fonctionnent. Et même quand des travaux sont prévus, comme pour la mise en accessibilité de stations du RER, les choses restent compliquées : des travaux qui étaient initialement prévus cet été n’auront ainsi, dans le meilleur des cas, en fait pas lieu avant 2021.

Quant à l’adaptation du réseau en lui-même, le problème résiderait dans le fait que la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées de 2005 "ne fixe aucune date limite pour l’accessibilité du métro", et que la RATP invoque le coût considérable de 4 à 6 milliards d’euros pour rendre les 303 stations accessibles, ainsi que des impossibilités techniques dans 50 % des cas (présence d’égouts, terrains instables, etc.). Mais pour ces 50 % comme pour l’autre moitié qui pourrait devenir accessible, L’Obs relève une certaine "opacité sur la faisabilité réelle des travaux". 130 rapports techniques de mise en accessibilité du métro parisien ont été réalisés en 2014, mais restent cachés au public malgré la demande du Comité d’entente d’Île-de-France des associations représentatives de personnes handicapées et de parents d’enfants handicapés (Cerif). Difficile dans ces conditions d’espérer que les choses changent dans un futur proche.

Le Guardian note toutefois qu’accueillir les Jeux olympiques avait considérablement contribué à adapter les métros de Londres et de Barcelone aux personnes en fauteuil roulant. Les jeux de 2020 (et notamment les Paralympiques) seront-ils l’occasion pour Paris d’enfin suivre leur exemple ?

À voir aussi sur konbini :