AccueilÉDITO

Pour la première fois, 10 films interdits à Hollywood vont être projetés en France

Publié le

par Manon Marcillat

Nom de code : Forbidden Hollywood.

Si le Covid a porté une lourde atteinte à l’industrie du cinéma, la pluralité de l’offre pour relancer la machine et attirer le public dans les salles obscures fait plaisir à voir. Après le Grand Rex qui programme une rétrospective Tarantino, la Warner prévoit la sortie pour la première fois en salles de films interdits à Hollywood, à l’époque où sévissait la censure du code Hays. 

Ce code réactionnaire, visant à limiter la liberté des créateurs et à instrumentaliser le cinéma comme outil de propagande traditionaliste, a été établi en 1927 par William Hays, alors premier président de la Motion Picture Producers and Distributors of America (MPPDA).

Il y établissait alors une liste d’interdits, entérinée par les patrons des grands studios, comme l’interdiction d’invoquer le nom de Dieu, de représenter le trafic de stupéfiants ou l’accouchement mais également de présenter sous un jour favorable l’usage d’armes à feu, les scènes d’amour physique ou encore les mariages mixtes entre Noirs et Blancs. Les institutions dépositaires du pouvoir, comme l’État, la police, l’Église, les grandes entreprises et la justice ne pouvaient en aucun cas être ridiculisées.

C’est donc en signe de protestation à cette censure qu’à cette même période, des cinéastes – et notamment des femmes – ont affirmé une indépendance nouvelle et ont bousculé les tabous à l’écran. On y verra alors des cheffes de réseau d’activités clandestines, des ménages à trois ou des gangsters sympathiques.

À partir du 1er juillet prochain, vous pourrez donc voir pour la première fois sur un grand écran 10 films de cette période faste avec Âmes libres de Clarence Brown, L’Ange blanc de William A. Wellman, Baby Face d’Alfred E. Green, La Belle de Saïgon de Victor Fleming, Blonde Crazy de Roy Del Ruth, Employees’ Entrance de Roy Del Ruth, Female de Michael Curtiz, Red-Headed Woman de Jack Conway, Jewel Robbery de William Dieterle et The Mind Reader de Roy Del Ruth.

Ces films seront projetés dans sept cinémas parisiens (Le Louxor, le Christine 21, le MK2 Bastille, les Fauvettes, l’UGC Les Halles, l’UGC la Rotonde et au 3 Vincennes) avant de partir en tournée en France pour tout l’été.

À voir aussi sur konbini :