AccueilÉDITO

Être macho est mauvais pour la santé

Publié le

par Clotilde Alfsen

Dan Bilzerian Instagram

Les machos auraient du mal à demander de l'aide lorsqu'ils ont des problèmes de santé mentale. 

Dan Bilzerian (© Instagram)

Cette étude de l'université de Bloomington (Indiana) publiée par l'American Psychological Association laisse penser que le machisme ne nuit pas seulement aux femmes mais aussi aux machos eux-mêmes, notamment lorsque leur santé mentale est affectée.

L'équipe de chercheurs dirigée par Joel Wong, un PhD (docteur en psychologie) de l'université de Bloomington, a mené une méta-analyse, c'est-à-dire une synthèse combinant les résultats d'une série d'études indépendantes sur un problème donné, à partir de 78 recherches impliquant 19 543 participants. Les chercheurs ont croisé des données de différentes études déjà réalisées pour établir un lien entre la volonté des hommes de se conformer avec ce qu'ils pensent être des "normes de masculinité" et des problèmes de santé mentale. Les personnes qui cherchent à correspondre à ces normes seraient tendanciellement plus réticentes à demander de l'aide.

Mais que sont ces "normes de masculinité" ? Le site Futura Science qui décrit le contenu de l'enquête présente les comportements archétypaux de l'homme comme : le désir de gagner, le besoin de contrôler ses émotions, la prise de risques, la violence, la domination, la volonté de promiscuité sexuelle (comportement de playboy), l'autonomie, l'importance donnée au travail (primauté au travail), la poursuite d'un statut social. Des caractérisations bien caricaturales et des comportements bien sympathiques en somme.

Et quand les hommes chercheraient à adopter ces comportements "typiquement masculins", le plus souvent, ils auraient des problèmes de santé mentale.

Le sexisme augmenterait les risques de troubles mentaux

Les chercheurs se sont concentrés sur trois aspects de la santé mentale : une santé mentale négative (la dépression), une santé mentale positive et la recherche de soutien psychologique.

D'après l'enquête, quand les hommes essaient de se conformer spécifiquement à ces deux choses : être un playboy et tenter d'avoir du pouvoir sur les femmes, ils ont le plus de risques d'avoir des problèmes psychologiques, et donc d'avoir des problèmes dans leur vie sociale.

Les résultats concernent en majorité des hommes blancs, mais certaines études sur lesquelles se base cette enquête se concentrent sur des Afro-Américains et d'autres sur des Américains d'origine asiatique.

Conclusion : le macho nuit au monde et à lui-même.

À voir aussi sur konbini :