AccueilÉDITO

5 étapes pour aider les Anglais à faire leur deuil de l'UE

Publié le

par Kate Lismore

Les résultats du référendum obligeant les pro-Union européenne à faire le deuil de leurs idéaux, nous leur proposons quelques conseils pour affronter ce chagrin.

Pour tous ceux qui ont voté en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne (UE), les nouvelles étaient vraiment dures à digérer. Dans son laïus post-victoire, Nigel Farage, le leader du parti d’extrême droite UKIP, a parlé de ce jour comme d’un "jour d’indépendance". Et toute la joie des dernières élections (avec la victoire du premier maire musulman de Londres, Sadiq Khan, par exemple) semble s’être fait la malle.

Même s’il est peu probable que le vote ait des conséquences dans l’immédiat, outre la démission prochaine de David Cameron, la plupart des partisans du "Remain" ("Rester") sont à présent inquiets de l’impact au long terme de ces résultats, à la fois sur leurs finances, sur le système de santé et sur le multiculturalisme britannique.

On dit que le deuil se fait en cinq étapes. Pour tous nos amis britanniques qui pleurent la perte de l’UE, voici quelques GIF qui permettront d’apaiser la douleur.

Les cinq étapes du deuil de l’UE

Le déni

Au réveil, tu regardes ton smartphone et tu découvres les résultats. Au début, tu te dis que tu as de la merde dans les yeux ou que la BBC raconte n’importe quoi, parce qu’ils disent que le Brexit l’a emporté. Tu n’oses pas y croire.

La colère

En arrivant à ta station du Tube, tu vois la sale tête de Nigel Farage partout sur les réseaux sociaux, revendiquant que ces résultats sont une victoire personnelle pour lui. Apparemment, l'ancien maire de Londres Boris Johnson faisait la grasse mat' et n’a pas daigné parler aux médias.

En colère et désorienté par le vote de tes compatriotes, tu arraches l’autocollant pour le maintien dans l’Europe que tu étais si heureux de coller sur ton agenda hier.

La négociation

Tu essaies de raisonner un peu et tu te dis que les effets ne se feront pas ressentir avant un an ou deux, et que peut-être ce n’est pas si horrible que ça en fait.

La dépression

Tu regardes à nouveau les sondages et les résultats et tu retombes en dépression direct.

L'acceptation

Tu as voté, tu t’es exprimé, et même si ça va quand même gâcher ta journée d’aujourd’hui, quelles que soient les conséquences de ce référendum sur le futur du Royaume-Uni, tu seras bien obligé de t’y faire. À moins que tu trouves enfin ce boulot à l’étranger qui te tente depuis si longtemps.

Traduit de l'anglais par Dario

À lire -> Après le non britannique à l’UE, David Cameron annonce sa démission

À voir aussi sur konbini :