AccueilÉDITO

Enfants stars, icônes de mode ou danseuses : l'apogée du format miniature ?

Publié le

par Aline Cantos

Maddie Ziegler, dans Chandelier, de Sia

Finis les ados stars, désormais c’est quasiment au berceau que l’on recrute les stars de demain. Danse, mode, chanson, les enfants ont envahi nos écrans.

Maddie Ziegler, dans Chandelier, de Sia

Les nouvelles reines de l'actualité sont hautes comme trois pommes. Maddie Ziegler, du haut de ses douze ans, est devenue la danseuse récurrente des clips de la chanteuse Sia. Kristina Pimenova, nouvelle égérie d'Armani et Roberto Cavalli, bénéficie à 9 ans d'une notoriété que les plus grandes du milieu envient.

Seulement, voilà, si ces enfants stars sont dotées d'une beauté ou d'un talent hors-norme, elles n'en restent pas moins exposées à un regard qui peut parfois se montrer dangereux et à un rythme de vie très dur à supporter.

En janvier dernier, l'Assemblée Nationale Française votait l'interdiction pure et simple des concours de mini-miss de moins de 13 ans. En cause ? La sexualisation des fillettes, dont la précoce carrière passe par leur apparence physique. Souvent objets d'enjeux financiers, les fillettes-vedettes verraient leur développement personnel corrompu par des problématiques d'apparence, de regard d'autrui qui ne sont pas de leur âge.

C'est ce qui a majoritairement été reproché au sujet des carrières de Maddie Ziegler et Kristina Pimenova.

Des talents médiatisés trop tôt ?

Lorsque Sia met en lumière la petite Maddie Ziegler dès la sortie du clip de la désormais célèbre chanson "Chandelier", en mai dernier, de nombreuses réactions émergent sur le web. Parmi elles, certaines pointent du doigt la tenue de la jeune danseuse, composée d'un justaucorps de couleur chair, affirmant qu'elle serait un ersatz de nudité. D'autres s'insurgent contre une éventuelle promotion de la pédophilie.

La sortie récente du clip d'"Elastic Heart", toujours avec la jeune danseuse, ravive les polémiques, forçant la chanteuse Sia à s'excuser pour l'incompréhension parfois générée par son clip. Dans la vidéo, Maddie Ziegler, qui apparaît comme l'alter-égo de la chanteuse, danse aux côtés de l'acteur de 28 ans Shia LaBoeuf. Selon Sia, le seul but de ce duo est de "créer un contenu émotionnel". Cependant, il semblerait que l'emploi d'enfants dans des milieux où l'apparence est reine soit assez sensible pour susciter des polémiques quasi-systématiques.

C'est notamment le cas pour Kristina Pimenova. La jeune modèle, du haut de ses 9 ans, est soumise à controverses. Ce énième scandale s'inscrit dans la lignée de la polémique concernant un shooting Vogue de 2010 dans lequel Thylane Blondeau, 10 ans, est mise en scène dans une pose lascive, vêtues et chaussée comme une adulte.

A l'époque, les parlementaires du Royaume-Uni se sont empressés de se saisir de l'affaire afin de dénoncer l'hypersexualisation de la fillette. Helen Goodman, l'une des représentantes du parti travailliste britannique avait alors parlé de publication "irresponsable". Son avis semble encore être au goût du jour puisque l'affaire Pimenova paraît connaître le même tournant.

Thylane Blondeau, 10 ans, pose pour le magazine Vogue.

Décrite comme la "plus belle petite fille du monde", l'enfant est suivie par plusieurs millions de personnes sur ses profils Facebook et Instagram. Soumise à une hygiène de vie plus que stricte impliquant notamment 4 à 5h de gym par jour, tout porte à croire que la petite fille  joue dans la cour des grandes à tous les niveaux. C'est bien ce que dénoncent bon nombre d'internautes, quand d'autres se plaisent à qualifier cette enfant de fille "sexy".

Les Etats-Unis raffolent du concept d’enfant star. Avec des télécrochets comme Toddlers and Tiaras ou Here comes Honey Boo Boo qui suivent le parcours d’enfants parcourant les concours de beauté et de leur entourage, les chaînes font carton plein. Certains personnages, à l’instar d’Honey Boo Boo et sa mère sont même devenus des figures d’Internet ces dernières années. Cependant, c’est bien souvent malgré elles que ces aspirantes vedettes gagnent en notoriété.

Les conséquences incontrôlables de l'exposition médiatique

Pourtant, les parents et l'entourage de ces fillettes semblent avoir les mêmes intentions louables. Quand Sia avance le côté artistique de son projet, la mère de la petite Kristina parle de la mode comme un "amusement" pour sa fille. Le bien être des fillettes semble être à première vue pris en compte.

Cependant, il est possible de se demander si cette surexposition n'est pas dangereuse. Que ce soit dès à présent, avec des réactions inappropriées de la part d'adultes moins bienveillants que leur entourage, ou pour leur futur, en raison de l'absence de libre arbitre des fillettes encore trop jeunes pour prendre en considération toutes les implications de leur travail, les risques semblent multiples.

Bon nombre d’enfants stars ont connu la gloire dans les années 1990s. La surexposition médiatique semble avoir prouvé ses effets néfastes en la personne de Macauley Culkin par exemple. Le visage du film Maman j’ai raté l’avion qui a si souvent attendri les familles fait aujourd’hui la une des tabloïds. Ses frasques ruinent toujours plus ses possibilités de carrières. Britney Spears a suivi le même type d’ascension précoce et a suivi la même voie que le jeune acteur. Cures de désintox à répétition, disparition de la scène musicale, rien de bien glorieux à son actif pendant les années de descente aux enfers succédant à son succès planétaire.

Les initiatives nationales semblent se multiplier, à travers des rapports comme en France en 2012 ou des lois interdisant ou encadrant strictement ces pratiques. Pour autant il apparaît difficile de trouver une harmonie internationale dans le domaine. Peut-être trouvera-t-on un jour le moyen de laisser les enfants s'exprimer artistiquement en toute sécurité. Pour l'heure, force est de constater que les limites de ces expositions médiatiques sont encore très floues.

À voir aussi sur konbini :