AccueilÉDITO

Disneyland Paris s’excuse d’avoir refusé qu’un petit garçon se déguise en princesse

Publié le

par Mélissa Perraudeau

© Paul Hubble/FilmMagic via Getty Images

Faut-il obligatoirement être une fille pour être une princesse ? Une mère s’est indignée dans une lettre ouverte adressée à Disneyland Paris que le parc d’attractions ait refusé que son petit garçon participe à une activité où les enfants se déguisent en princesse, et sa mobilisation a payé.

© Paul Hubble/FilmMagic via Getty Images

Hayley McLean-Glass est britannique et mère de trois enfants, dont Noah, 3 ans. Le 29 août, elle a publié une lettre ouverte qu’elle a ensuite affichée sur sa page Facebook. Le post, qui a depuis été supprimé, a rapidement été largement relayé – le Huffington Post rapporte qu’il a été partagé plus de 1 500 fois et a fait réagir plus de 2 000 utilisateurs –, et pour cause : Hayley McLean-Glass y racontait comment Disneyland Paris avait discriminé son petit garçon, à cause de son identité de genre.

"Qu’est-ce qui arrive, en fait, si un garçon porte une robe ?"

La famille adore le parc, où elle s’est rendue déjà deux fois les dix derniers mois. Et depuis leur dernière visite, Noah est devenu fan des princesses Disney : Raiponce, Jasmine, Belle, Cendrillon… et surtout, Elsa, La Reine des neiges. Le petit garçon porte son costume d’Elsa tous les jours, refusant de l’enlever pour dormir, et connaît toutes les chansons du film. Sa mère a donc voulu lui offrir l’activité "Princesse d’un jour", pour qu’il puisse incarner son personnage préféré le temps d’une journée en se faisant déguiser, maquiller, coiffer, puis prendre en photo. Le petit garçon s’en faisait une joie, mais ça a été la douche froide quand Hayley McLean-Glass a voulu réserver l’activité. On lui a répondu qu'"à ce jour, il n’est pas possible de réserver 'Princesse d’un jour' pour un garçon", tout en lui proposant comme alternative un pack sur le thème des princesses pour la modique somme de 300 euros. Indignée, la blogueuse a demandé dans sa lettre :

"Je ne suis pas sûre du raisonnement derrière votre décision, comme vous ne l’avez jamais expliqué, vous avez juste dit qu’il n’avait pas le droit de s’inscrire parce que 'c’est un garçon'… De quoi avez-vous peur ? Qu’est-ce qui arrive, en fait, si un garçon porte une robe ? Il va s’enflammer ? Il va grandir et être – quelle horreur – GAY et je pourrais vous poursuivre en justice à cause de cela ?"

Elle a également expliqué que son fils était "très jeune" et n’avait "aucune idée" que de tels jugements et "points de vue dépassés" existaient, et qu’elle refusait "de l’exposer aux inégalités ridicules de ce monde tant que ce n’était pas absolument nécessaire". Et grâce à sa mobilisation, cela ne va pas être le cas tout de suite.

Les garçons aussi pourront désormais être des princesses à Disneyland Paris

Les nombreux partages puis la médiatisation de la lettre au Royaume-Uni et en France ont très vite été suivis d’excuses de la part de Disneyland Paris. Ce 31 août, Hayley McLean-Glass a annoncé dans un nouvel article qu’en plus des regrets exprimés par le parc, l’activité était désormais ouverte à tous les enfants : sur le site, là où le descriptif de l’activité proposait de réaliser "le vœu de toute petite fille", il est désormais bien écrit "le vœu de tout enfant". Disneyland Paris a expliqué à Mashable France avoir "contacté la famille afin de présenter [ses] excuses pour lui avoir fourni une information erronée", et au site ITV News qu’il s’agissait d’un "incident isolé qui ne reflète pas la politique ou les opinions de Disneyland Paris" – un porte-parole du parc a ainsi précisé : "La diversité est ancrée dans nos cœurs", comme le rapporte Mashable. Le jeune Noah va donc pouvoir réaliser son rêve, et d’autres petits garçons après lui.

C’est une belle victoire pour Hayley McLean-Glass, qui, malgré tous les commentaires insultants et sexistes qu’elle a reçus, s’est dite très fière d’avoir donné de la voix pour que son fils puisse être libre de faire ce qu’il souhaitait :

"Avez-vous déjà entendu l’adage 'Sois le changement que tu veux voir dans le monde" ? Eh bien je veux voir un monde où les parents soutiennent leurs enfants et leur permettent d’être qui ils sont sans avoir peur d’être jugés, où ils les encouragent à s’opposer aux tyrans et aux défaitistes au lieu de céder ou de se cacher d’eux, un monde où les enfants ont les libres opportunités de jouer avec ce qu’ils aiment… Donc je me suis battue pour ça. Et je suis fière de l’avoir fait.

Si cela permet à ne serait-ce qu’une personne de changer ses opinions archaïques au sujet des petits garçons ayant le même droit de se déguiser en princesses que les petites filles l’ont de se déguiser en chevaliers, alors ça valait complètement tout le stress et les insultes."

À voir aussi sur konbini :