AccueilÉDITO

La Chine autorise officiellement le métier de gamer professionnel

Publié le

par Pierre Bazin

© Invictus Gaming

Après avoir interdit et censuré de nombreuses œuvres vidéoludiques, la Chine souhaite désormais faire du jeu vidéo un enjeu national.

(© Invictus Gaming)

L’autorité chinoise de contrôle des compétences professionnelles a publié, le 25 janvier, une liste de nouveaux intitulés de métiers : elle couvre divers domaines allant des spécialistes de l’intelligence artificielle aux ingénieurs en objets hyperconnectés. Si la liste comprend de nombreux métiers liés à la haute technologie, elle a surtout créé la surprise en faisant mention des gamers professionnels ("e-athletes").

Tout récemment, le gouvernement chinois a impulsé une forte dynamique afin d'intégrer le jeu vidéo à son paysage économique et culturel. Auparavant, beaucoup de jeux étaient censurés, au nom d’arguments plus ou moins fallacieux. Mais depuis décembre dernier, le gouvernement chinois a réalisé le potentiel économique que représente l’industrie vidéoludique, notamment au vu du succès de la firme chinoise Tencent  – qui possède Epic Games, soit Fortnite. La Chine rétropédale donc et rattrape son retard à toute allure. À ce jour, l’organisme chinois de réglementation de la radiodiffusion a validé quatre lots de licences en un mois, soit une autorisation d’exploitation pour près de 260 jeux.

L’e-sport est logiquement devenu une priorité pour l’empire du Milieu. L’intérêt économique des compétitions n'est plus à prouver, et ces dernières rencontrent déjà un franc succès auprès du large public. Mais au-delà du seul aspect économique, il est aussi question de symbole : celui de faire rayonner la Chine à l’international via les équipes professionnelles chinoises. Entre autres exemples, l’équipe Invictus a notamment gagné les Worlds de League of Legends l’année dernière.

Alors que le jeu vidéo est devenu une matière scolaire dans certaines écoles, la Chine s'est décidée à impulser un grand bond en avant pour en faire une priorité nationale.

À voir aussi sur konbini :