AccueilÉDITO

Étude : ce que la musique que vous aimez dit de vous

Publié le

par Camille Deutschmann

Will Adamsdale (John), Tom Wisdom (Mark), Bill Nighy(Quentin, Nick Frost (Dave), Katherine Parkinson (Felicity) and Ralph Brown (Bob) in THE BOAT THAT ROCKED

L'adage bateau "dis-moi ce que tu écoutes, je te dirai qui tu es" n'a jamais été aussi vrai : Eric Barker, auteur d'un blog dédié entre autres aux études sur la musique, étaye le dicton à l'aide de recherches qu'il relaie sur son site depuis plusieurs années.

Inconsciemment ou non, on a toujours un peu tendance à évaluer les gens en fonction de leurs goûts musicaux. Un article concocté par Eric Barker nous donne presque raison, en prouvant que la musique que l'on aime peut en dire long sur notre personnalité. En voici les grandes lignes, définies par plusieurs études. Et puisque mettre les gens dans des boîtes n'est jamais une bonne chose, n'oublions pas qu'une étude (même scientifique) n'est jamais parole d'évangile.

Les goûts musicaux peuvent donner une idée des opinions politiques

Cette étude se base sur une comparaison entre deux chambres. Si le propriétaire foncier qui vote pour un parti de droite affiche un intérieur ultra-organisé, décoré d'objets comme des calendriers ou des drapeaux patriotiques, l'électeur qui vote à gauche possèderait de son côté une large collection de CD, issus de genres très variés (notamment de world music, de folk, de rock moderne et classique, et d'"oldies").

Les goûts musicaux sont influencés par les parents

Les chercheurs ont trouvé des liens entre ce que les parents écoutent et ce que leurs enfants aimeront écouter une fois adolescents. Plus spécifiquement, un penchant des parents pour la pop se traduira par une préférence des enfants pour la pop et la dance music. Les parents qui préfèrent le rock ont des chances que leur fille en écoute également (mais pas leur fils). L'étude souligne la transmission des goûts musicaux, de génération en génération.

Notre morceau préféré est associé à une expérience émotionnelle

Cette étude affirme que les morceaux préférés d'une personne varient en fonction du contexte dans lequel elle les écoute. Une expérience a été menée sur neuf étudiants, révélant que leurs morceaux favoris étaient ceux qu'ils avaient écoutés durant la journée, consciemment ou totalement par hasard. Il a été conclu que les morceaux favoris qui restaient sur le long terme étaient ceux que les auditeurs associaient à des événements marquants de leur vie.

La musique que vous écoutez à 20 ans restera sûrement la même pour le reste de votre vie

Il a été démontré par Steve Janssen (de l'université d'Amsterdam) que les groupes et morceaux dont les gens se rappellent le plus précisément à l'âge adulte sont ceux qu'ils ont aimé écouter lorsqu'ils avaient entre 16 et 21 ans. Cela fait sens si l'on considère que c'est à cette période de notre vie que l'on commence à s'intéresser vraiment à la musique. Et la musique que l'on écoute à ce moment-là est fatalement celle qui accompagne nos premières relations, nos premières ruptures : le début de la vie, en somme.

Les rock stars sont vraiment destinées à reproduire le "live fast and die young"

"Entre trois et vingt-cinq ans après être devenus célèbres, les musiciens recensés dans le top 1 000 des albums de rock et de pop sont 1,7 fois plus susceptibles de mourir que des Américains du Nord ou des Européens du même âge" : c'est ce qu'a révélé le chercheur spécialiste en santé publique, Mark Bellis de l'université John Moores de Liverpool. Selon lui, les rock stars meurent de problèmes relatifs aux drogues et à l'alcool (31 %), d'accidents (14 %), de violence et de suicide (9 %), de maladies cardiovasculaires (14 %) et de cancers (20 %). Ainsi, les musiques rock, rap, jazz et blues seraient les plus meurtrières.

Libre à nous de croire ou non à ces études, l'essentiel reste de savoir que la musique nous fait nous sentir bien, et que c'est tout ce qui importe.

À voir aussi sur konbini :