AccueilÉDITO

Appel à témoignages : comment concevriez-vous une ville adaptée aux femmes ?

Publié le

par Mélissa Perraudeau

How I Met Your Mother
Photo: Ron P. Jaffe/Fox
© 2010 Fox Television.
@http://www.allocine.fr/series/ficheserie-446/photos/detail/?cmediafile=19538991

L’espace public, conçu par et pour les hommes, est dominé par la gent masculine. Pour vous, à quoi la ville idéale pour les femmes ressemblerait-elle ? Nous aimerions publier vos expériences et avis sur le sujet sur Konbini.

Comme Chris Blache, consultante en socio-ethnographie et cofondatrice de l’association Genre et Ville, l’a résumé sur France Inter, "l’espace public, les hommes l’occupent, les femmes s’y occupent". Les manifestations de cette domination masculine semblent quasi infinies, entre le harcèlement de rue vécu par 100 % des femmes, les attouchements, agressions, exhibitions, vols… Les équipements sportifs publics sont occupés aux 2/3 par les hommes. Les rues, routes et places sont avant tout nommés avec des noms de célébrités masculines et la plupart des monuments sont érigés par des hommes.

Les femmes, elles, sont représentées de façon généralement sexiste et humiliante dans les publicités ornant les couloirs et murs des transports ou s’affichant en grand dans les villes. Et ce sont également les femmes qui souffrent en priorité du manque de toilettes publiques, toilettes qui ne sont d’ailleurs pas forcément adaptées à leur usage (séparation binaire entre hommes et femmes, sans poubelles pour jeter ses protections hygiéniques usagées ou de lavabo pour rincer sa coupe menstruelle). Ce sont encore elles qui n’ont pas assez de place dans les transports où les hommes écartent les jambes et envahissent l’espace. Dès la cour de récréation, l’espace public, conçu par et pour les garçons, est monopolisé par la gent masculine qui en occupe confortablement le centre.

Des changements dans l’aménagement des villes qui se font attendre

Une certaine prise de conscience s’est opérée dans des municipalités depuis quelques années comme Le Monde le rapporte, et celle de Paris a par exemple inscrit le critère du "genre" dans son appel d’offres de 2015 concernant le réaménagement de sept places emblématiques de la capitale. La tâche demeure pourtant sacrément compliquée et "il n’y a pas de changements brutaux dans l’aménagement des villes" a expliqué Emmanuelle Faure, coauteure de La Ville : quel genre ? (éditions Le Temps des cerises) au Monde. Pour elle, les raisons en sont multiples :

"Les politiques publiques sont un reflet de notre société, la question de l’égalité de genre est absente dans les cursus [d’urbanisme et d’architecture], le féminisme est encore un gros mot dans la sphère publique et l’aménagement. Il faut aussi avoir des données chiffrées et qu’on y ait accès pour démontrer dans les faits ces inégalités."

Il y aurait pourtant déjà des solutions relativement évidentes, comme "éviter des espaces qui comprennent des impasses, des détournements" comme l’a expliqué Didier Ostré, directeur général des services à Bagnolet, au Monde. Installer davantage de toilettes publiques, et les équiper pour l’utilisation des femmes serait aussi déjà une petite avancée.

À quoi ressemblerait selon vous la ville idéale pour les femmes ?

Pour mieux comprendre le problème et entendre vos idées de solutions, nous aimerions avoir vos avis et expériences sur le sujet pour les publier sur Konbini.

Racontez-nous :

- En quoi, selon vous, l’espace public est genré, dominé par les garçons et les hommes ? Quand et comment vous en êtes-vous rendu compte ?

- Pour vous, quelle en est la pire manifestation ? De quel(s) aspect(s) avez-vous le plus souffert ? Quelles insécurités ressentez-vous ?

- Quel(s) aspect(s) de cet espace public genré vous semble(nt) le(s) plus handicapant(s) au quotidien ?

- Qu’aimeriez-vous changer en premier ?

- À quoi ressemblerait une ville idéale adaptée aussi aux femmes selon vous ? Qu’est-ce que ces différences permettraient d’améliorer ? Quelle serait la ville parfaite pour vous ?

- Comment pensez-vous que cela peut être mis en place ?

Vous pouvez répondre à ces questions par mail avec pour objet "espace genré" à melissa.perraudeau@konbini.com en précisant si vous souhaitez rester anonyme ou non.

À voir aussi sur konbini :