AccueilÉDITO

"Aladeen" : la marche triomphale de HD

Publié le

par Tomas Statius

Interviewé par nos soins en février dernier, le rappeur new-yorkais HD a grandi depuis. En maturité et en prestance. La preuve avec son dernier titre "Aladeen". 

HD - Capture d'écran du clip "Aladeen"

Ces temps-ci, la nouvelle génération prend les choses en main et je pense que les gens l’ont remarqué et l’acceptent sans difficultés.

La réponse sereine en dit long sur le locuteur. Né en 1994, le MC new-yorkais HD fait partie de cette scène bouillonnante qui sévit du côté de New-York. Une scène en plein renouvellement générationnel : dans le sillon de la MOB, ou la Beast Coast, nombreux sont les jeunes aspirants au respect des pairs. On pense ici à Bishop Nehru, Dillon Cooper entre autres.

Joue-là comme HD

Après une première mixtape parue en octobre 2012, HD confirme avec Stepping Into Tomorrow (sortie en août dernier); une "tape" à la couleur new-yorkaise (on ne se refait pas) et aux quelques 21 pistes à télécharger gratuitement sur Datpiff parmi lesquelles se distingue le titre "Aladeen". Et ce sur plusieurs niveaux.

D'abord celui-ci vient de se faire offrir un joli clip, shooté en noir et blanc (par le photographe Thomas Falcone), hommage à sa ville natale et plus particulièrement au quartier de Flatbush (à Brooklyn).

Puis, on doit confier un goût prononcé pour cette instrumentation grandiose (Hippie Sabotage à la prod'), sorte de marche triomphale soutenue par des rimes non moins égotiques. "It's the new New York, let me introduce" martèle ainsi l'intéressé avant de citer quelque uns de ces collectifs, dont les Flatbush Zombies ou les Underachievers, qui font actuellement de la grosse Pomme un centre névralgique du hip-hop.

Enfin, parce qu'HD est dans la mesure : il clôt le titre sur un hommage en bonne et due forme aux anciens. "I'm from New York so Big' is like Uncle Pap', and Jay is like my real pap'". Passer la pommade avant de rappeler la hauteur de ses ambitions. C'est peut-être comme ça que le jeu doit être joué. Finement.

À voir aussi sur konbini :