Zombie, monstre ou extraterrestre : la tendance des sex-toys de science-fiction

Si vous avez toujours rêvé de vous taper un zombie, un monstre ou un extraterrestre, ce fantasme est désormais à votre portée. Exit les dildos turgescents inspirés du sexe de l’homme, avec veines apparentes disponibles dans toutes les couleurs et toutes les tailles, le renouveau des jouets coquins a légèrement muté…

© Monster porn

Entre gros délires et science-fiction, ces nouveaux sex-toys peuvent paraître totalement ahurissants, mais il faut avouer que sexe et créativité ont toujours fait bon ménage. Pour preuve, l’incroyable multiplication de "niches" d’adeptes en tout genre. Dans son ouvrage, Le sexe bizarre, sorti en 2004, Agnès Giard, auteur et journaliste derrière le blog les 400 culs, passait déjà en revue de nouvelles pratiques hors norme pour atteindre l’extase : du splosh (qui consiste à enduire son partenaire de nourriture), au trampling (là on utilise son compagnon comme un trampoline, si, si…) en passant par le foot fucking (de l’expression "prendre son pied"). Ces nouveaux comportements à la portée infinie prouvent qu’il existe de nombreuses variations du désir sexuel et que bien souvent plus le scénario érotique est étrange plus l’explosion de plaisir sera intense.

Publicité

Boostée par la télévision et le cinéma, notre imagination débordante s’est petit à petit fait à l’idée que si nous n’étions pas seuls dans notre système solaire, il se pourrait bien que de nouvelles entités viennent nous rendre visite. Inutile de préciser que l’E.T. rabougri de Spielberg, qui semble atteint de la progéria, n’a rien d’excitant. Non, ce qui fait frétiller les adeptes de sexe interespèce, c’est d’avoir la possibilité de devenir, après galipette, un être hybride doté de pouvoirs incroyables, comme le personnage de Larrin joué par Jill Wagner dans la série Stargate Atlantis.

La saga Twilight a aussi dopé l’imaginaire de millions d’adolescentes à travers la planète en transformant les loups-garous hirsutes et cheums en pub pour Abercrombie & Fitch. Leur bestialité et leur virilité exacerbée ont ouvert les portes à une accumulation folle : Teen Wolf, True Blood, Vampire Diaries, The Gates, qui ont surfé sans vergogne sur la hype des suceurs de sang et autres créatures de la nuit. Et là, la bête velue s’est rapidement muée en bête de sexe. Ces figures fantastiques sont rapidement devenues plus sexy qu’effrayantes.

Entre les fantasmes et la matérialisation de ces derniers en objets, il n’y a qu’un pas. Rapidement, ce qui pendant longtemps n’était que des désirs un peu honteux enfouis dans la tête de milliers de personnes a fini par exister pour de vrai, enfin presque. Grâce à des sociétés spécialisées dans la fabrication de sex-toys personnalisés, nombreux sont ceux qui ont pu acquérir des appendices en latex de créatures venues d’un autre monde.

Publicité

© Monster porn

Se faire engrosser par un alien

Ce nouveau fétichisme a été nourri récemment par de multiples témoignages de femmes ayant expérimenté ce que l’on appelle une abduction. En effet, des millions de personnes affirment depuis les années 1950 avoir été violées par des extraterrestres pendant leur sommeil. Si les femmes expliquent avoir subi d’étranges manipulations gynécologiques, les hommes, quant à eux, déclarent avoir été vidés de leur sperme. Ces histoires surnaturelles semblent avoir ouvert un champ des possibles aux sociétés de sex-toys comme Primal Hardwere qui a développé l’Ovipositor, un objet sexuel aussi fascinant qu’insolite.

© Primal Hardwere

Publicité

L’Ovipositor, c’est un sexe d’alien XXL qui vous permettra d’insérer "dans la cavité de votre choix" des œufs moulés dans de la gélatine. Totalement incrédule face à cet objet, j’ai voulu en savoir plus sur le processus créatif qui a mené toute une équipe à réfléchir à la réalisation de ce sex-toy hors du commun. J’ai donc interrogé LoneWolf le fondateur de la société qui commercialise l’Ovipositor, Primal Hardwere.

Leur usine est située dans l’État américain de New Hampshire et chaque toy y est réalisé à la main. LoneWolf m’explique qu’au départ il réalisait des sex-toys personnalisés destinés à des personnes qui ne trouvaient pas du tout ce qu’elles voulaient dans le commerce. Rapidement, il a capté que le modèle de l’Ovipositor était une demande récurrente. "Pour créer l’Ovipositor, nous avions en tête de nombreuses sources d’inspiration : la science-fiction d’abord, l’univers fantaisie, les aliens, les créatures mythologiques, et bien évidemment, le 'tentacule-porn' japonais."

LoneWolf ne veut surtout pas que ses clients soient stigmatisés ou traités de "freaks" : "C’est facile de juger les gens qui utilisent des sex-toys différents mais il n’y a rien de honteux à le faire ! On vit dans un monde où le sexe est totalement démystifié."

Publicité

© Primal Hardwere

LoneWolf paraît totalement lucide face au comportement de ses clients et de ce qui les pousse à acheter ce genre de sex-toys : "Dites à quelqu’un qu’il ne peut pas obtenir quelque chose et immédiatement il le voudra plus que tout ! En mettant des limites mentales on ne fait que pousser les gens vers des extrêmes. Dans le cas de nos Ovipositor, ce qui est considéré comme bizarre et tabou devient irrémédiablement excitant."

Se faire pénétrer par un zombie ou un dragon

Si les extraterrestres et leurs hypothétiques sexes démentiels subjuguent les coquinous terrestres, d’autres êtres fantastiques semblent les exciter : les zombies, les montres en tout genre et les dragons.

La marque canadienne Necronomicox décrit son best-seller, le dildo zombie, ainsi : "Notre jouet le plus populaire a la chair froide, des pustules, et des veines pourries juste sous la peau." Petite coquetterie : "Il a du pus sur le gland." Miam.

© Necronomicox

Amandine, 24 ans, une utilisatrice du gode zombie, m’a expliqué comment elle s’est retrouvée avec cet objet entre les cuisses : "Pour Halloween, mon mec avait choisi de se déguiser en zombie et, pour pousser la ressemblance, il avait acheté ce gode pour faire marrer ses potes. Après la soirée c’est moi qui l’ai récupéré et depuis je me tape des trips avec. C’est super-excitant de se dire qu’on se tape un mort-vivant !" Necronomicox propose aussi des godes à l’effigie de Cthulhu, le monstre tentaculaire imaginé par H.P. Lovecraft. Dans la même veine, Fleshlight a sorti une gamme de "masturbateurs" et de godemichés, nommée Freaks. Au programme : zombie, alien, Frankenstein, vampire et cyborg avec la version pénis et la version vagin.

Katy m’explique pourquoi elle va acheter son troisième godemiché de la collection Freaks : "Je me suis surprise à me masturber en regardant Alien vs. Predator. Le lendemain, j’ai cherché sur Internet un gode un peu fou pour m’amuser et j’ai trouvé ceux-là."

© Fleshlight

Bad Dragon existe depuis 2008, c’est une des sociétés les plus connues dans ce domaine et elle développe des sex-toys issus de l’univers fantasy. Sur son site, on peut trouver l’Anthrodragon, par exemple, un petit gode rouge en forme de pénis de dragon ou alors le Sleipnir, un savant mélange entre un pénis de dragon mixé à un sexe de cheval en érection. Oui. D’autres modèles comme le Bad Dragon Mountain Drake sont munis d’un petit tube pour le faire éjaculer à l’intérieur de vous.

Un autre dildo a fait la renommée internationale de Bad Dragons, c’est "La Tentacule". Avec son esthétique kawaï et ses différentes tailles et couleurs, ce modèle a beaucoup amusé les youtubeuses. "Imaginez une créature douce et moelleuse avec une souplesse et une dextérité infinie et une insatiable envie de pénétrer toutes vos cavités…" : voici ce que nous promet la description. Tout un programme.

© Bad Dragon

© Bad Dragon

Réaligner ses chakras grâce à un sexe en cristal

Dernière niche qui m’a interpellée dans ce game du sex-toy : celles et ceux qui veulent rendre la masturbation sacrée en utilisant des dildos réalisés avec des cristaux. Grâce aux pouvoirs insoupçonnés de l’obsidienne ou de l’améthyste, il est dorénavant possible de réaligner ses chakras, de chasser la négativité logée au plus profond de nous et de se charger en énergie. Gros programme.

Le site Chakrubs – dont le slogan est : "Grâce à leur parfaite structure moléculaire, nos sex-toys ont un effet positif sur votre champ électromagnétique" – propose des "Yoni Eggs" (œufs de jade) et des sex-toys en cristal.

Il y a des centaines d’années déjà, les taoïstes utilisaient les œufs de jade pour renforcer leur région sexuelle dans le but d’augmenter leur ching chi (petit nom de l’énergie sexuelle) et leur force vitale. En gros, ces objets permettent d’entraîner son vagin pour avoir des orgasmes plus puissants qualifiés par les utilisatrices de "Jedi Pussy Power".

My Restorative Wellness, une blogueuse qui utilise ces sex-toys en cristal m’a expliqué : "À chaque fois que je m’endors avec mon œuf en obsidienne en moi, je fais des rêves très puissants. J’ai immanquablement une nuit agitée. Quand je me réveille, je suis totalement apeurée. Je me retrouve avec une boule d’angoisse en moi. Cette pierre a le pouvoir de faire ressortir le négatif niché en vous. C’est assez troublant. C’est une expérience libératoire en fait. On est en connexion avec son moi profond, avec quelque chose de divin." Une autre jeune femme, conquise par ces sex-toys, qui lui ont été conseillés par son chaman, m’a résumé sa pratique en ces termes : "C’est simple, avoir un œuf en soi c’est comme une séance de yoga pour votre vagin !"

Du monstre à l’alien en passant par le zombie, l’écosystème du sex-toy aime se faire peur. Entre frissons et excitation, les propositions sont infinies. Cependant d’autres préfèrent se connecter au divin en utilisant des matériaux organiques chargés en énergie. La gemmologie semble gagner du terrain et les nombreux stages de méditation orgasmique venue de Californie ne font que renforcer ce phénomène.

Alors plutôt freaky ou gemmy votre prochain sex-toy ?

Par azaid, publié le 17/08/2017

Pour vous :