AccueilÉDITO

Le youtubeur PewDiePie a de nouveau tenu des propos racistes

Publié le

par Mélissa Perraudeau

@https://www.instagram.com/p/BXIXStwFRv5/?hl=fr&taken-by=pewdiepie

Après avoir été sanctionné par Disney pour ses vidéos à caractère antisémite, le youtubeur PewDiePie a de nouveau eu des propos racistes lors d’un livestream.

Le youtubeur le plus suivi au monde (il compte plus de 57 millions d’abonnés) avait perdu un gros contrat avec Disney en début d’année après avoir posté deux vidéos à caractère antisémite. Il avait en outre été épinglé par une enquête du Wall Street Journal démontrant qu’en six mois, il avait publié en tout "neuf vidéos avec des blagues antisémites ou de l’imagerie nazie".

PewDiePie, le pseudo du Suédois Felix Kjellberg, a ainsi promis d’arrêter les "blagues" nazies après Charlottesville, mais il faut croire que la leçon n’est pas vraiment passée. Ce 10 septembre, alors qu’il jouait en livestream à PlayerUnknown’s Battlegrounds, il a en effet eu des propos racistes. Comme TechCrunch le rapporte, il a ainsi utilisé le terme "nigger" en s’énervant contre un adversaire fictif qu’il voulait insulter.

Des propos graves

Il s’est ensuite rappelé qu’il était en live, l’exprimant d’un rire à peine gêné. Son partenaire a alors voulu excuser ses propos en jouant la carte de la "barrière de la langue", et en indiquant qu’il s’agissait certainement du "filtre bizarre" de PewDiePie, comme c’était "un étranger". Le youtubeur lui a répondu, d’un ton peu convaincant : "Disons que c’est à cause de ça." Ce mot raciste ne semble donc clairement pas avoir été le résultat d’une quelconque "confusion" entre deux langues.

Il faut dire que les suites de ses vidéos antisémites interrogent : loin d’avoir été vraiment atteint par l’annulation du contrat de Disney, le youtubeur s’est en effet vanté de gagner plus d’argent. Sa place de premier youtubeur au monde n’a pas non plus été attaquée, puisqu’il continue de gagner des abonnés.

Traduction : "Être indépendant est difficile. Maintenant, je dois diviser mon revenu à 80/20 avec moi-même."

"Un propagateur d’ordures abjectes"

Face à ce constat, Sean Vanaman, cofondateur du studio Campo Santo (le développeur de Firewatch), a décidé d’agir. Comme Numerama le rapporte, il a annoncé sur Twitter que sa société préparait plusieurs plaintes à l’encontre du youtubeur afin d’obtenir un "DMCA takedown", c’est-à-dire une suppression pour violation des droits d’auteur. Se disant "malade" que "cet enfant" bâtisse une fortune sur le dos des développeurs, il a expliqué que le youtubeur était "pire qu’un raciste caché" : "C’est un propagateur d’ordures abjectes qui cause de vrais dommages à la culture autour de cette industrie."

Sean Vanaman encourage également les autres développeurs à interdire leurs jeux à PewDiePie, afin de lui enlever de son influence − tout en admettant que l’industrie était "complice" du youtubeur, lequel leur a probablement fait faire des bénéfices avec ses vidéos. Enfin, attaqué par de nombreux fans de PewDiePie, il a mis en évidence la dimension de propagande de ces dernières :

Traduction : "La liberté d’expression est la liberté des poursuites judiciaires. Son stream n’est pas un commentaire, c’est une croissance de pub pour sa marque. Notre jeu sur sa chaîne = publicité."

À voir aussi sur konbini :