Sur YouTube, la Nasa met en ligne des heures de vidéos de vols spatiaux

Le centre de recherche aéronautique Armstrong, qui s'occupe de tester les avions les plus avancés au monde, a publié près de 300 vidéos de tests.

Et YouTube vit atterrir sur ses serveurs, presque par surprise, tout un pan de l'histoire de l'aéronautique moderne. Le 20 juillet, le centre de recherche aéronautique Armstrong, qui appartient à la Nasa, a commencé à publier sur YouTube et sur le site de l'agence des dizaines de vidéos d'essais aéronautiques en tout genre, qui résument presque cinq décennies d'ingénierie aéronautique et aérospatiale. Pour le moment, détaille The Verge, près de 300 vidéos ont été publiées, qui compilent des heures et des heures d'opérations. Une initiative qui s'inscrit dans le projet plus large de l'agence spatiale américaine d'ouvrir ses archives au public et, plus important, de les rendre facilement accessibles, ce qui était loin d'être le cas jusqu'alors - on se souvient notamment que l'année dernière, la Nasa avait entièrement ravalé la façade de sa base de données pour la doter d'un moteur de recherche, PubSpace, adapté aux êtres humains normalement constitués.

Publicité

Au programme donc, des décennie d'essais de vol, de décollage et d'atterrissage des avions les plus à la pointe de leur temps, de la mythique navette spatiale Atlantis - quelle classe, quand même - au drone de combat sans pilote X-45A, testé en 2002 en passant par des avions furtifs et autres joyeusetés construites pour éradiquer des gens depuis les cieux. Un étrange mélange de machines de guerre et de navettes d'exploration spatiale qui n'ont finalement qu'un point commun : celui de la prouesse d'ingénierie. Si c'est votre truc, la bibliothèque YouTube du centre Armstrong vous offrira des heures de pornographie aéronautique ; si vous n'êtes que moyennement attirés par les engins qui volent dans tous les sens (généralement entre deux armistices), prenez au moins le temps de visionner la fameuse séquence "controlled impact demonstration", dans laquelle la Nasa balance un Boeing 720 plein de mannequins humains terrifiants sur une piste d'atterrissage modifiée pour arracher ses deux ailes et générer une gigantesque explosion suivie d'un incendie chimique de plus d'une heure. C'était en 1984, et c'est toujours beau comme un clip de proto-punk nihiliste.

Par Thibault Prévost, publié le 20/07/2017

Pour vous :