Pourquoi des artistes pourraient bientôt disparaître de YouTube

YouTube a récemment lancé son service de musique en ligne. Mais il ne plaît pas à tout le monde, et surtout pas à Global Music Rights qui pourrait réclamer un milliard de dollars au géant de la vidéo en streaming s'il ne retire pas certaines chansons.

Aperçu de YouTube Music Key

(Aperçu de YouTube Music Key)

YouTube risque gros. Son nouveau service de musique en ligne YouTube Music Key, qui permet d'écouter, de voir et de télécharger les vidéos musicales sans pubs et en illimité pour 9,99 euros par mois, est dans le collimateur de Global Music Rights (GMR). En effet, la société qui protègent les droits d'auteurs, demande à YouTube de retirer les chansons de ses artistes sous peine de poursuites judiciaires.

Publicité

Fondée en 2013 par Irving Azoff, GMR s'est vite développée grâce à des partenariats. Pharrell Williams a même quitté ASCAP pour la rejoindre en juillet dernier. L'équipe d'Azoff estime que YouTube n'a pas acheté les bonnes licences pour s'accaparer les 20 000 chansons du catalogue de la société, comme l'explique Tube Filter. YouTube soutient évidemment le contraire et affirme avoir signé ce qu'il fallait.

On pourrait donc voir des chansons de Pharrell mais aussi de John Lennon ou des Eagles disparaître bientôt de YouTube. Si Lazoff s'en prend à la télé géante d'Internet et non à Spotify par exemple, c'est que YouTube "est le moins coopératif" et c'est la société "que les clients trouvent la plus coupable".

Publicité

Un milliard de dollars

Si les deux camps ne se mettent pas d'accord, GMR pourrait engager des poursuites et réclamer un milliard de dollars à YouTube. C'est ce qu'explique Howard King, avocat pour Global Music Rights, au Hollywood Reporter : "Quelqu'un va devoir céder et si ce n'est pas eux qui cèdent, il y aura réclamation d'un milliard de dollars pour violation de droits d'auteurs."

Howard King s'en prend aussi au Content ID de YouTube. Ce système de marquage permet aux titulaires des droits de contrôler la diffusion de leurs œuvres ou de retirer des vidéos. Mais YouTube pourrait aisément se passer de cette technique et supprimer automatiquement les vidéos qui ne respectent pas les droits d'auteurs. YouTube "peut trouver des chansons enregistrées par Eagles et les retirer en une fraction de seconde", affirme King.

Ce n'est pas la première fois que YouTube est poursuivi. Viacom a également intenté plusieurs procès (sans succès) à la société qui appartient à Google, l'accusant aussi de violation de droits d'auteurs. Pour l'instant, la bataille entre YouTube et GMR se fait par courrier avec les lettres des avocats de chaque partie. Mais l'affaire ne devrait pas s'arrêter là.

Publicité

Par Fanny Hubert, publié le 23/12/2014

Copié

Pour vous :