AccueilÉDITO

En images : voilà à quoi ressemble le véritable atelier du père Noël

Publié le

par Constance Bloch

Avec 600 entreprises spécialisées, la ville chinoise de Yiwu est la plus grande productrice de décorations de Noël dans le monde. Et la source des flocons de neige et des sapins lumineux n'est pas très étincelante.

Wei, 19 ans, employé dans une usine pour fabriquer des flocons de Noël © Imaginechina/Rex

Le rouge de Noël semble ici avoir giclé comme du sang sur les murs de l'usine. C'est bien simple, du sol au plafond, la couleur du costume du père Noël a envahi l'espace et lui donne une allure anxiogène. Pour un reportage, The Guardian s'est rendu au coeur de Yiwu, une ville de la province du Zhejiang, en Chine, où sont fabriquées 60% des décorations que l'on retrouvera sur les sapins tout autour du globe afin de fêter la naissance du petit Jesus.

C'est là que se trouve la China Commodity City, un complexe géant déclaré par l'ONU comme "le plus gros marché de vente de petit objets en gros du monde". Le lieu est tellement immense qu'il est divisé en cinq districts différents dont deux sont exclusivement consacrés à Noël, alignant de produits qui garniront ensuite nos supermarchés. En son sein, près de 400 000 produits à destinations de 215 pays et régions.

Exploitation et bonnets rouges

On est bien loin du pôle nord et de l'atelier du père Noël peuplé d'elfes joyeux et de rennes malicieux. C'est même tout le contraire. À 300 kilomètres de Shangaï se trouve donc ce "village de Noël" chinois, qui abrite 600 entreprises. Toute l'année, elles produisent des guirlandes, boules et autres décorations en prévision du mois de décembre et de sa déferlante de couleur rouge et or.

Les elfes sont ici remplacés par de la main d'oeuvre immigrée payée entre 250 et 350 euros par mois pour douze heures de travail quotidien. La plupart du temps, les Chinois qui fabriquent à la chaine les chapeaux de père Noël et les figurines de bonhomme de neige ne savent même pas à quoi correspond cette fête. C'est le cas du jeune Wei, 19 ans et originaire d'une petite province, venu travailler dans cet immense atelier de Noël en compagnie de son père. "C'est peut-être comme le nouvel an chinois pour les étrangers", suppose t-il.

© China Daily/Reuters

Tous les deux oeuvrent dans l'une des fabriques spécialisées de Yiwu, et sont chargés, chaque jour, de transformer 5000 flocons de neige - qu'ils n'ont jamais vue en vrai - faits de polystyrene en rouge. Un exercice qui induit qu'ils finissent quotidiennement recouverts d'une poudre pourpre de la tête aux pieds, portant des masques pour tenter de respirer le moins possible cette substance toxique.

Un exercice répétitif, fatiguant, et mal payé, mais auquel ils sont obligés de se soumettre afin de gagner assez d'argent pour que Wei puisse se marier. La suite ? Ils prévoient de retourner dans la province de Guizhou afin de ne plus jamais revoir l'ombre d'un chapeau de père Noël de leur vie.

Dans l'usine, du rouge du sol au plafond. © Imaginechina/Rex

Dans les showrooms du Yiwu © Dan Williams/Unknown Fields

Guirlandes à la chaine.

Dans une usine de sapins en plastique.

À voir aussi sur konbini :