Par Jeanne Pouget

Wayne Lotter, un défenseur sud-africain de l’environnement a été tué par balles en Tanzanie. Il s’était consacré à la protection des éléphants et avait contribué à faire emprisonner de célèbres braconniers.

Wayne Lotter (© PAMS)

Wayne Lotter se battait au sein de sa fondation PAMS (Protected Area Management Solutions) contre le braconnage et le trafic illégal d’animaux sauvages en Tanzanie, une activité pour laquelle il avait reçu de nombreuses menaces de mort. Il a été assassiné dans la nuit de mercredi à jeudi à Masaki, un quartier huppé de Dar es Salaam, la capitale économique de la Tanzanie, a annoncé PAMS dans un communiqué. Il avait 51 ans.

Alors qu’il se faisait conduire en taxi depuis l’aéroport à son hôtel, sa course a été arrêtée par un autre véhicule. Deux hommes - dont l’un armé d’un revolver - ont ouvert la portière et abattu Wayne Lotter en pleine rue. Il dirigeait l’association PAMS qu’il avait également cofondé afin d’apporter son aide aux politiques de conservation et de lutte contre le braconnage, grâce à des programmes de soutien auprès des communautés locales et des gouvernements africains. La police a ouvert une enquête pour tenter d’identifier les auteurs de ce meurtre.

Il avait contribué à l’arrestation de trafiquants internationaux

La fondation PAMS était impliquée dans le financement d’une unité tanzanienne d’élite spécialisée dans les crimes graves nationaux et internationaux (NTSCIU), dont le braconnage. Depuis 2012, cette unité a arrêté plus de 2 000 braconniers et trafiquants d’ivoire et a enregistré un taux d’incarcération de 80 %. Parmi ces célèbres prises : la Chinoise Yang Fenlan, surnommée la "reine de l’ivoire", actuellement jugée pour le trafic illégal de 706 défenses d’éléphants. En mars, le plus célèbre trafiquant d’ivoire tanzanien, Boniface Matthew Maliango, surnommé "le Diable" était condamné à 12 ans de prison.

Ainsi, depuis 2014, la Tanzanie observe une chute de 50 % de son braconnage, alors que le pays était l’un des plus touchés du continent (60 % de déclin enregistré en quelques années). Un travail d’une grande efficacité salué par les défenseurs de l’environnement dont Jane Goodall, la célèbre primatologue, qui a qualifié Wayne Lotter de "héros". "Si ce lâche attentat était une tentative de mettre fin au travail de la fondation PAMS, ce sera un échec", a-t-elle ajouté dans une lettre rendue publique par la fondation.

L’assassinat de cette figure internationale de la lutte pour la préservation de la nature en guerre ouverte contre les trafiquants envoie un nouveau signal. Celui de la détermination des braconniers et trafiquants. Il s’ajoute à la triste liste record de meurtres d’activistes environnementaux dans le monde cette année et en 2016. Une recrudescence qu’il serait bon d’endiguer en mettant fin à la culture de l’impunité.

À lire -> Nouveau record d’assassinats d’activistes environnementaux dans le monde