Voilà pourquoi YOLO est (un peu) une philosophie de vie en carton

Après avoir exposé pour nous sa théorie de la séduction en boîte de nuit ou le décryptage du fameux pot de départ du stagiaire, le sociologue notoire Steeve Bourdieu, fondateur du site Le Sociologue, décrypte la philosophie YOLO.

YOLO - "You Only Live Once". On ne vit qu’une fois. YOLO est à Justin Bieber ce que Carpe Diem était à Horace. Si Steeve est plutôt d’accord avec l’idée de se faire plaiz dans la vie, le lifestyle YOLO n’en reste pas moins sujet à quelques paradoxes et dérives. Steeve a donc enquêté sur ce sujet hautement contemporain.

Pour commencer, tentons ensemble de mieux comprendre ce que signifie fondamentalement YOLO pour tout un chacun :

Publicité

2

YOLO, c'est aussi ça

Donc, à part Casper qui s’en bat les couilles (parce qu’il est déjà mort et que c’est un putain de fantôme :s), généralement YOLO s’apparente tout de même à une très mauvaise nouvelle. Voici d’ailleurs l’apparence que prend le moral de Steeve quand on lui rappelle cette philosophie de vie :

3

Une brosse à chiotte près d’une cuvette

Publicité

I. Le paradoxe philosophique du YOLO

En fait, YOLO crée inexorablement ce que Steeve a appelé "L’urgence court-termiste", soit la volonté de profiter de tout très vite et de vivre chaque jour comme si c’était le dernier. Cette dérive yololesque est très courante chez les d'jeuns comme Igor Bogdanov, serial teuffeur notoire :

4

5

Publicité

6

7

Steeve ne blâme pas Igor. Igor est un kiffeur et YOLO lui rappelle douloureusement qu’un jour il sera vieux et qu’il fera caca dans une poche… et aussi qu’il aura un gros menton… Ah non, ça c’est déjà le cas, LOL ! Bref, en théorie, YOLO suit une mission louable : celle de nous recentrer sur ce que nous aimons et consommer un bonheur du quotidien.

Publicité

Exemple pertinent :

- Arrêter de manger des betteraves car c’est affreux;

- Manger plein de chips devant la télé parce que ça fait plaiz de manger des chips devant la télé tout en se grattant les couilles.

Or, regardez bien cette étude comparée que Steeve a mené entre les chips et la betterave :

8

Étude comparée de Steve Bourdieu entre la consommation de chips et de betteraves

En effet, avec ce rythme de chips ingurgité, Steeve multiplie par quatre la probabilité de faire un infarctus. Il mourrait à 33 ans selon mes calculs alors qu’il pourrait vivre jusqu’à… 275 ans en se nourissant de betteraves et de quinoa. Conclusion : en YOLOlisant avec excès, il est évident que Steeve sera très vite dans la merde :/=> Steeve a nommé cette découverte majeure : "Le paradoxe du YOLO".

Nota bene : ce raisonnement est également valable avec la drogue ou le base jumping - sport très risqué malgré des sensations fortes cools. 

II. YOLO fait prendre de très mauvaises décisions en teuf

Outre ce terrible paradoxe du YOLO, YOLO peut aussi être perçue comme une philosophie de vie en carton car elle nous pousse à prendre de très mauvaises décisions en teuf. Regardez comment YOLO s’immisce avec malice dans nos choix :

10

11

Ok, Nique Ta mère YOLO.

III. L’erreur d’interpretation du YOLO

En fait le souci, c’est que YOLO nous fait perdre de vue que le vrai bonheur, celui que nous cherchons tous, est une lente construction de l’être, et pas une somme de petits kiffes YOLOL :

12

En réalité, "manger des chips devant la TV tout en se grattant les couilles" (truc cool par excellence) ne nous rend pas plus heureux à long terme, seulement plus gros. En fait, bon nombre d’activités YOLOLESQUES n’ont aucun impact positif sur notre bonheur si on reste en vie le lendemain.

A contrario, en se fixant un horizon un peu plus long terme que de se gratter les couilles pépouze devant la télé comme, par exemple, devenir un BOGOSSE ou une STAR du YUKULELE, le bonheur peut jaillir.

Témoignage :

13

En disant non à la philosophie primaire du YOLO d’Igor Bogdanov et en se projettant en tant que joueur professionnel de YUKULELE, Steeve se sent heureux comme un asticot. Car l’idée d’oeuvrer pour un projet futur qui lui tient à coeur, quitte à retarder une jouissance court-termiste (se mettre une caisse avec son bon pote Igor), lui fait redécouvrir le vrai sens du YOLO : se faire plaiz, se sentir bien dans son corps et bien dans sa tête en mode bifidus actif. Encore faut-il bien se connaître (cassededi Socrate).

IV. YOLO suppose donc une introspection profonde de tout un chacun

YOLO possède en effet une signification diverse pour chacun d’entre nous, comme en témoigne ce YOLOSteeve de quelques personnalités publiques :

14

20

15

16

17

Comme vous pouvez le constater, enjoindre un poulpe gay ou un djihadiste au YOLO, c’est quand même pas la même chose ! Donc évitez de lancer des "YOLO mec !" sans connaissance de cause, surtout si vous avez un violeur d’enfant en face de vous. Ça pourrait lui donner de très mauvaises idées.

En conclusion, on peut dire que YOLO est ainsi bel et bien une philosophie de vie en carton lorsqu’elle est utilisée à mauvais escient. CQFD. (Le Test de Francis Heaulme ne ment jamais).

V. Conclusion & Recommandations stratégiques de Steeve sur le YOLO

  • 1/ YOLOLER avec modération et abnégation

Si vous aimez les chips, faites-vous plaiz de temps en temps. Mais pensez à votre taux de cholestérol. Rien de trop disaient les philosophes grecs. Car le vrai bonheur YOLO, c’est aussi dans le chemin d’un gros kiffe futur. Exemple : s’entraîner pour devenir une star du YUKULELE. Ou encore être sur le chemin du DoMac avec ses copains !

  • 2/ YOLOLER avec discrétion et intimité

Évitez d’enjoindre autrui au YOLO surtout si vous ne connaissez pas son YOLOsteeve. Imaginez si c’est un djihadiste et qu’il ouvre un barbershop de hispter, ou pire si c’est la chanteuse ZAZ et qu’elle décide de faire un nouvel album :’

Bon, bien évidemment, si demain vous sortez dans la rue et que vous recevez une vache qui tombe du ciel sur la tête (ça arrive parfois), vous serez peut être un peu furax de ne pas vous être foutu une taule avec Igor Bogdanov la veille. Mais de toute façon, si vous avez pris une vache sur la tête, a priori vous êtes décédés. Donc vous ne regretterez pas de ne pas avoir plus YOLOLER - #ASTUCE.

Par Le Sociologue, publié le 22/04/2015

Copié

Pour vous :