AccueilÉDITO

Voici le palmarès 2017 des villes les plus vertes de France

Publié le

par Jeanne Pouget

L'Observatoire des villes vertes s'est penché sur les politiques "espaces verts" de 50 villes de France, afin d'établir le classement des agglomérations qui aiment le plus la nature – notant au passage que l'Hexagone est à la traîne en matière d'urbanisme écolo. 

Angers est la grande ville la plus verte de France. (© Tango7174/Wikimedia/CC)

Après une première édition en 2014, l'Observatoire des villes vertes dévoile aujourd'hui son palmarès 2017, distinguant ainsi Angers, Nantes et Strasbourg. L'étude a décortiqué la politique "espace vert" des 50 villes les plus peuplées de France, en prenant en compte 25 indicateurs allant du nombre de mètres carrés d’espaces verts accessibles au public à l’existence de plans "biodiversité", en passant par les surfaces des toitures végétalisées ou encore l’incitation à la pratique du compost.

Comme en 2014, les villes de la région des Pays de la Loire arrivent en tête dans le domaine de la végétalisation des espaces urbains et se distinguent "par des politiques volontaristes en matière d’investissement en faveur des espaces verts, et par leurs actions innovantes en matière de préservation de la biodiversité". La suite du Top 10 est composé de Lyon, Caen, Rennes, Limoges, Nîmes, Reims et Amiens.

Un investissement vert encore trop faible

Sans surprise, les villes gagnantes sont celles qui investissent le plus dans l’entretien et l’aménagement de leurs espaces verts. La ville d'Angers fait figure d'exemple, avec près de 100 mètres carrés d’espaces verts par habitant – loin devant la moyenne nationale de 48 mètres carrés. Et pour leur entretien, la mairie de la ville
consacre un important budget annuel de 67 euros par habitant, soit 44 % de plus que dans le reste du pays.

Or, comme le rappelle l'Observatoire des villes vertes, six Français sur dix sont convaincus que créer de nouveaux espaces verts devrait être la première priorité des collectivités. Ce qui n'est pas vraiment le cas puisqu'en moyenne seulement 1,3 % du budget total des grandes villes est alloué à ce genre de politiques.

Ainsi, l'organisation en profite pour noter que, globalement, les villes de France restent trop pauvres en espaces verts – notamment au regard des attentes des citoyens. En effet, ils représentent actuellement moins de 5 % du foncier. Pourtant, la présence d'espaces verts favorise autant le lien social qu'elle permet de mettre en avant le patrimoine et de préserver la biodiversité. Et la France est manifestement en retard sur ces questions par rapport à ses voisins européens, et peut-être plus encore au niveau international : le forum économique mondial place ainsi Paris à la 17e place du classement des grandes métropoles disposant le plus d’espaces verts, loin derrière Singapour et Vancouver… Parallèlement, quand on demande aux Français d’imaginer la ville de demain, ils rêvent d’une "ville verte, écologique et solidaire". Il y a donc du pain sur la planche...

À voir aussi sur konbini :