Laverne Cox © Vibe Vixen

Cinq figures médiatiques majeures de la communauté trans

Entre couvertures de magazines et séries télévisées, l'actualité est aux personnes trans. Une visibilité non négligeable portée par des figures de poids, alors que la troisième saison d'Orange is The New Black vient de sortir en exclusivité sur Netflix

Laverne Cox incarnant Sophia dans la série Orange is the New Black © Orange is the New Black/Netflix

Laverne Cox incarnant Sophia Burset dans la série Orange is the New Black © Orange is the New Black/Netflix

Alors que Caitlyn Jenner défrayait récemment la chronique en choisissant Vanity Fair pour finaliser son coming out, c'est aujourd'hui Laverne Cox qui occupe les écrans du monde entier grâce à son rôle de Sophia Burset dans la série à succès Orange is the New Black. Si les deux femmes n'ont pas grand chose en commun mise à part leur transition, elles font pourtant partie de celles et ceux qui font chaque jour un peu plus progresser la cause et la visibilité trans.

Publicité

Propulsée sur la couverture des magazines ou sur les plus grands podiums du monde, la communauté trans a aujourd'hui des représentants et représentantes de premier choix qui n'hésitent pas à s'engager afin de faire progresser les conditions de vies et de transition de la partie "T" de la communauté LGBTQ.

Grâce à ces célébrités qui ont assumé au grand jour leur transformation, c'est un phénomène mondial qui s'est emparé du web. Aussi, lorsque la couverture de Vanity Fair a fait son apparition sur la Toile, Laverne Cox s'est empressée de lancer un hashtag en soutien de l'ex-championne olympique. Dès lors, son #transisbeautiful a circulé sur le réseau social aux 140 caractères, récupéré çà et là par des trans du monde entier, l'utilisant afin d'illustrer leurs photos ou leurs billets d'humeur.

Un mouvement feel good pour ces personnes qui ont pu manquer de repères pendant très longtemps. Désormais, et à l'image des célébrités homosexuelles qui les ont précédées dans la vie médiatique, les personnalités trans jouent un grand rôle dans l'acceptation et la progression des droits de la communauté. Retour sur les parcours de 5 figures trans mondiales qui sont en train de marquer l'histoire.

Publicité

Andreja Pejic

Andreja Pejic © Patrick Demarchelier, pour Vogue

Andreja Pejic © Patrick Demarchelier, pour le magazine Vogue

La mannequin bosno-australienne a fait du chemin depuis ses premiers pas dans la mode. Signée chez Storm, Andreja Pejic a d'abord fait partie de ces modèles jouant avec les codes du genre. À une époque où les Casey Legler et Erika Linder faisaient la Une des magazines, portant tantôt des vêtements féminins, tantôt des collections masculines, la jeune blonde a très rapidement réussi à se faire une place dans la microsphère des mannequins androgynes avant de finalement annoncer sa transition.

Désormais, c'est aux côtés de grandes figures de la mode qu'elle défile, l'agence star qui l'abrite ayant aussi sous son aile divers visages bien connus des podiums à l'image de l'Américaine Cara Delevingne. Après avoir fait son chemin et acquis une notoriété de taille en un temps record, Andreja Pejic a décidé de mettre à profit sa popularité afin de partager son expérience de transition avec son public.

Publicité

Un documentaire plus tard, ce sont des milliers de spectateurs qui ont suivi l'histoire de la jeune mannequin engagée. Partie de rien, l'icône de mode a retracé son chemin et ses galères en vidéo grâce à 452 contributeurs ayant financé son projet Kickstarter à hauteur de plus de 63 000 $. Une initiative que celle qui a foulé les podiums de Jean-Paul Gaultier ou Raf Simons justifie par le désir "d'humaniser la situation et l'expérience", comme elle l'affirmait dans The Project :

De jeunes transgenres se suicident encore partout dans le monde à cause de l'ignorance... donc je pense qu'il y a vraiment un long chemin à parcourir.

Une leçon de vie de taille pour celle qui, à tout juste 23 ans, a connu la guerre civile dans sa Bosnie natale et la précarité d'un foyer emmené par une mère célibataire. Désormais, la militante transgenre a enfin trouvé la paix et ne manque pas de revenir sur ses ressentis dans un entretien accordé au blog T Magazine du New York Times.

Publicité

Caitlyn Jenner

Caitlyn Jenner, © Anne Leibovitz, pour Vanity Fair

Caitlyn Jenner © Anne Leibovitz, pour Vanity Fair

Plus connue pour faire partie du clan Kardashian que pour ses performances olympiques, Caitlyn Jenner a récemment décidé d'arrêter de se cacher. Le 9 juin dernier, un "Appelez-moi Caitlyn" barrait la couverture du magazine Vanity Fair, pour lequel l'Américaine avait décidé de poser pour la première fois en tant que Caitlyn. L'heure de la libération avait sonné pour celle que tout le monde connaissait sous une identité masculine. Dès lors, les prises de parole de l'ancienne championne d'athlétisme se sont multipliées sur les réseaux sociaux comme dans les médias.

Un million d'internautes se sont rués sur son nouveau compte Twitter en l'espace de quatre heures. Désormais, Caitlyn Jenner y montre son engagement, notamment pour la cause LGBT. Un tweet de soutien au mouvement It Gets Better, luttant pour l'égalité des droits, mais aussi un hashtag Trans Is Beautiful s'y perdent çà et là, montrant toute la démarche militante de celle qui a affolé la Toile en une photo.

Un affolement aussi positif que négatif puisque, si nombre de réactions ont été encourageantes et bienveillantes, d'autres ont pu se révéler très insultantes, par maladresse comme par intolérance. Contre cette montée d'agressivité, la résistance n'a pas tardé à s'organiser, parfois de manière étonnante. Ainsi, Twitter a vu apparaître un "Twitter Bot", comprendre un robot-Twitter, corrigeant l'emploi du "il" à chaque fois que l'un des utilisateurs du réseau mentionnait Caitlyn tout en ne respectant pas son choix concernant les pronoms.

Pourtant, si le coming out trans de Caitlyn a suscité bon nombre de retours positifs et rassuré quelques personnes partageant les interrogations qu'elle avait pu avoir, des doutes ont aussi été soulevés quant à la représentativité de Caitlyn. Célébrée pour son courage et sa beauté, Jenner aurait, selon certains internautes, participé à la transmission de certains standards physiques qui ne sont pas au goût de tous.

Parmi la communauté trans, certains ont souligné le fait qu'une femme blanche et riche ne pouvait être représentative de la communauté trans dans son ensemble. Le mouvement My Vanity Fair Cover est ainsi arrivé en réponse afin de mettre en lumière les différents types de beauté du monde. Reprenant le "Call me Caitlyn" de la couverture du magazine, les trans du monde entier apposaient leur photo et leur nom à la place de celui de Jenner afin de donner de la visibilité aux laissé(e)s pour compte de cette soudaine médiatisation.

Néanmoins, Caitlyn semble avoir trouvé la voie de la libération puisqu'elle ne tarit pas d'éloges sur sa nouvelle vie dans le numéro de Vanity Fair dont elle a fait la couverture. Caitlyn est désormais préférée à Bruce, y compris par son propre fils :

Il m'a dit : "pour être honnête avec toi, je pense que Caitlyn est une meilleure personne que Bruce." [...] Je pense qu'il a raison, parce que Bruce devait toujours mentir, vivre dans le mensonge, tous les jours, il avait ce secret du matin au soir. Caitlyn n'a plus de secret.

Laverne Cox

Laverne Cox, pour Vibe Vixen

Laverne Cox, pour Vibe Vixen

Laverne Cox a connu la consécration en même temps que la série dont elle est l'une des héroïnes. Avec Orange is the New Black, la belle Américaine originaire de Mobile est passée du quasi-anonymat à la gloire sans même avoir eu le temps de s'en apercevoir. Forte de cette popularité nouvellement acquise, elle n'a pas tardé à afficher son militantisme et s'engager pour les droits LGBT.

D'ailleurs, lors de la parution du numéro de Vanity Fair dont Caitlyn Jenner a fait la couverture, l'actrice n'a pas hésité à communiquer sur le sujet à travers un post sur son Tumblr, relayé sur ses réseaux :

La couverture de Vanity Fair de Caitlyn Jenner a été révélée, proclamant "Appelez-moi Caitlyn". Je suis touchée par tout l'amour et le soutien qu'elle a reçu.

Quand une personne trans peut présenter son vrai moi au monde pour la première fois et être célébrée aussi universellement, on semble assister à une nouvelle ère.

Néanmoins, celle qui a connu une notoriété exponentielle garde les pieds sur terre. Toujours dans ce même post, elle affirme en toute humilité connaître les limites de son rôle dans la représentation de la communauté trans :

J'ai toujours été consciente que je ne pourrai jamais représenter toutes les personnes trans. Ni une, ni deux, ni même trois personnes trans ne le pourraient. C'est pourquoi nous avons besoin de représentations médiatiques diverses de personnes trans, afin de multiplier les discours trans dans les médias et montrer notre belle diversité. J'ai lancé le hashtag #TransIsBeautiful afin de célébrer toutes ces choses qui font des trans des personnes uniques, ces choses qui ne sont pas nécessairement alignées sur les critères de beauté cisnormés.

Un militantisme intersectionnel pour celle qui, en plus d'être trans, fait partie de la communauté afro-américaine. Et c'est bien de toutes ces particularités que l'actrice nourrit son engagement. Dans son documentaire, intitulé The T Word, Laverne Cox donne la parole à des trans sans distinction d'origine ou de classes sociales. Grâce à cette initiative, elle retrace le parcours de jeunes trans partant de leur enfance jusqu'à l'âge adulte. Ponctuée d'interventions explicatives de l'actrice américaine, la vidéo tente de rendre accessible les problématiques trans au grand public afin de mettre en lumière ce qui a longtemps été tu.

Qui de mieux placé qu'une personne qui a vécu la transition pour en parler ? À travers son activisme, Laverne Cox s'engage corps et âme dans le combat pour l'acceptation et l'égalité des droits. Son personnage dans Orange is the New Black constitue lui-même une démarche engagée puisqu'en incarnant elle-même une trans, l'actrice entend participer à la représentation médiatique des trans mais aussi de la féminité sous toutes ses formes. C'est ainsi qu'elle affirmait lors d'une interview donnée à Salon.com :

On ne voit pas assez de portraits multidimensionnels de femmes trans et de femmes de différentes races, âges et types de corps en prison. On ne voit pas assez de portraits multidimensionnels de femmes qui montrent la diversité de la féminité en général. Je pense que c'est pour ça que les gens sont si réceptifs à cette série [Orange is the New Black, ndlr].

Lana Wachowski

Lana Wachowski et son frère, Andy, © Toby Melville

Lana Wachowski et son frère, Andy, © Toby Melville

Ceux que le monde entier a longtemps connus sous l'appellation "frères Wachowski" sont en fait frère et sœur. C'est ce que les férus de cinéma du monde entier ont pu découvrir en 2012 lors du coming out trans de Lana Wachowski, anciennement connue sous le nom de Larry.

Alors que la réalisatrice de The Matrix a longtemps été très secrète sur sa vie privée, refusant les apparitions télévisées, elle a choisi de sortir de l'ombre au moment de sa transition, lors d'un discours donné à l'occasion d'un gala organisé par Human Right Campaign. Ce même jour, la réalisatrice reçoit un trophée de la visibilité, récompensant ainsi le rôle que Lana a pu jouer en sortant du placard.

Celle qui vouait un culte à l'anonymat a décidé de parler ouvertement de la place des trans dans la société à travers ce discours poignant et semble-t-il très angoissant pour celle qui dit elle-même n'avoir jamais donné de discours auparavant. À travers la dérision, la réalisatrice dénonce les attaques transphobes, simplement maladroites ou purement haineuses, dont elle a pu être victime tout en militant pour la reconnaissance d'un spectre plus complet des genres et des sexualités par la société.

En un peu moins d'une demi heure, la réalisatrice tente aussi d'expliquer pourquoi elle a décidé d'entrer dans la vie médiatique, arguant qu'elle n'a jamais eu de modèle et affirmant que cela lui a valu nombre de questionnements :

Sans exemples, sans modèles, j'ai commencé à croire ces voix dans ma tête qui me disaient que j'étais un monstre, que j'étais cassée, que quelque chose n'allait pas chez moi, que je ne serai jamais aimable. Après l'école, je suis allée au Buger King, et j'y ai écrit une lettre de suicide sur 4 pages. Je suis un peu bavarde. Elle était destinée à mes parents, je voulais qu'ils soient convaincus que ce n'était pas de leur faute.

Concernant sa présence médiatique, Lana Wachowski affirme être prête à "sacrifier [sa] vie privée" si elle peut être un modèle pour les autres, et leur éviter les passages dramatiques qu'elle a vécus. Une décision de taille quand on sait qu'elle est la première des stars hollywoodiennes de la réalisation à franchir ce pas.

Désormais, Lana réalise la série Sense8 aux côtés de son frère, son acolyte de toujours. Le show, diffusé sur Netflix, semble partiellement inspiré de l'histoire de Lana. Avec un personnage trans majeur, la réalisatrice entend bien outrepasser les clichés et l'intolérance. Un dessein confirmé par les dires de l'actrice trans qui incarne Nomi à l'écran, Jamie Clayton, en affirmant que la série a vocation à faire "oublier au public quelle est la couleur de peau des personnages, avec qui ils ou elles couchent pour se dire : ces gens s'entraident, ils ont les mêmes problèmes que moi ou je connais des gens dans la même situation. Je peux m'identifier à eux".

Aydian Dowling

Aydian Dowling, candidat à la couverture de Men's Health

Aydian Dowling, candidat à la couverture de Men's Health

Aydian Dowling avait déjà marqué Internet lors de la parution de la photo culte sur laquelle il imitait Adam Levine, leader des Maroon 5, qui avait posé nu dans le Cosmopolitan britannique afin de sensibiliser aux cancers des testicules et de la prostate. Désormais, il n'a même plus besoin de singer qui que ce soit afin de recueillir le soutien des internautes.

Candidat au concours Men's Health "The Ultimate Guy Search", avec à la clef une couverture dédiée du célèbre magazine, Aydian est en bonne place pour remporter la course. Avec plus de 64 000 votes, le jeune homme originaire d'Eugene, dans l'Oregon, semble avoir conquis le public du magazine masculin.

Celui qui alimente depuis des années sa chaîne YouTube, sur laquelle il retrace sa transition et a déjà plusieurs dizaines de milliers d'abonnés, est désormais en pleine lumière. Sur le plateau du célèbre show télévisé d'Ellen DeGeneres, le jeune homme explique son parcours sous les yeux des États-Unis tout entiers.

Une opportunité de taille pour celui qui se décrit comme un activiste de la communauté trans sur son propre profil YouTube. Avec humour et pédagogie, il manie les médias afin d'en faire un moyen de communiquer sur la cause LGBT, répondant aux questions des spectateurs et témoignant de son parcours.

Sa chaîne de "vlogging" conte ainsi son quotidien mais aussi les étapes qu'il a dû franchir lors de sa transition de 2009 à aujourd'hui. Ainsi, Aydian est rapidement devenu un monument de la cause trans, passé de l'anonymat le plus total à la célébrité grâce à Internet.

Une démarche qui se démarque très largement de celle des figures trans que le public a l'habitude de voir puisque c'est sa transition elle-même qui l'a mis en lumière. Une belle réussite pour celui qui a traversé nombre d'opérations chirurgicales et d'heures acharnées à la salle de sport.

Si le résultat du concours Men's Health n'est pas encore connu, Aydian en occupe depuis très longtemps la première place grâce à une foule d'internautes et à leur admiration. Une histoire 2.0 qui aura permis au vloggeur de confirmer le hashtag fréquemment utilisé par Laverne Cox : #TransIsBeautiful.

Tous les épisodes de la saison 3 d'Orange Is The New Black sont disponibles en exclusivité sur Netflix !

Par Aline Cantos, publié le 24/06/2015

Copié

Pour vous :