Arnaud Henriet, Emmanuelle Bercot, Maïwenn dans Polisse Copyright Mars Distribution
@http://www.allocine.fr/film/fichefilm-181893/photos/detail/?cmediafile=19759460

Violences sexuelles : le nombre de plaintes continue d’augmenter

Après la hausse notable d’octobre, le nombre de plaintes pour violences sexuelles continue d’augmenter. Une probable conséquence de l’affaire Weinstein et du mouvement #MeToo.

Arnaud Henriet, Emmanuelle Bercot, Maïwenn dans Polisse. (© Mars Distribution)

En octobre dernier, il y a eu 23,85 % de plaintes pour violences sexuelles de plus qu’en octobre 2016 (+799 faits) selon les données du service statistique ministériel de la sécurité. 20 Minutes rapporte que d’après une source au sein du ministère de l’Intérieur, la libération de la parole des victimes suite à l’affaire Weinstein a eu "clairement un effet" sur le nombre de plaintes déposées.

Publicité

30 % de plaintes de plus qu’en novembre 2016

Publicité

Ces faits de violence sexuelle recouvrent le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles et viols sur majeur·e·s et mineur·e·s comptabilisées par les policiers et les gendarmes de France — sans que les données permettent de savoir si ce sont des faits récents ou anciens, sinon prescrits.

Cette hausse se poursuit en tout cas, comme les dernières données du service statistique ministériel de la sécurité intérieure, consultées par l’AFP et relayées par BFMTV, le montrent. Ce mois de novembre, il y en a ainsi eu 30 % de plus qu’à la même période l’année dernière (4 207 contre 3 238 en novembre 2016).

Cette progression est d’autant plus cruciale que le nombre de victimes de violences sexuelles portant plainte reste terriblement faible, comme l’a dernièrement montré une enquête publiée début décembre par le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), exploitant des données de l’enquête de victimation "Cadre de vie et sécurité" réalisée par l’Insee.

Publicité

À peine 1 victime sur 12 porte plainte

Elle concluait qu’environ 222 000 adultes sont victimes chaque année de violences sexuelles, dont la grande majorité, 83 % (soit 184 000), est des femmes. Et à peine une victime sur douze (8 %) porte plainte, même si elles sont plus nombreuses à se déplacer au commissariat ou à la gendarmerie, comme le souligne l’étude :

"L’écrasante majorité des victimes de violences sexuelles (86 %) ne font pas le déplacement au commissariat ou à la gendarmerie pour signaler les faits qu’elles ont subis. Celles qui font le déplacement renoncent 4 fois sur 10 à déposer plainte. […] Une plaignante sur cinq retire sa plainte. "

Les faits les plus dénoncés sont les viols et tentatives de viol, qui sont également les violences sexuelles les plus nombreuses (53 %). Le dépôt de plainte peut notamment être rendu difficile par la proximité de l’agresseur (en grande majorité des hommes) : deux victimes sur trois connaissaient en effet personnellement leur agresseur, qui pour 30 % des victimes était le conjoint ou un ancien conjoint ou concubin.

Publicité

"Pour les mêmes raisons, les agressions sexuelles sont souvent des violences répétées", souligne l’étude, qui explique également que près de 60 % des victimes font état de séquelles psychologiques importantes.

Par Mélissa Perraudeau, publié le 15/12/2017

Copié

Pour vous :