AccueilÉDITO

Vidéo : et la Russie inventa le curling avec des vieilles bagnoles

Publié le

par Thibault Prévost

Selon RT, la ville d'Ekaterinbourg a récemment accueilli une épreuve de curling dans laquelle les "pierres" étaient remplacées par des Oka.

Disons-le tout de go : le curling n'est pas le plus télégénique des sports olympiques et il n'est pas rare, au milieu de la nuit, lors d'une rare phase de lucidité entre deux bouffées de shit, de se demander pourquoi on s'obstine à regarder une dizaine de types jouer à ce drôle de jeu de fléchettes horizontal et glacé inventé en Écosse au XVIe siècle. Pourtant, depuis 1924, le curling continue à faire partie du programme olympique, sans changement notable au déroulé du jeu. C'était sans compter sur une bande de Russes déterminés, qui viennent probablement d'offrir à ce noble sport la plus grande révolution de son histoire : remplacer la "pierre" qui glisse sur la glace par des bagnoles fatiguées de l'ère soviétique.

Selon Russia Today, une grande compétition de car curling a été organisée à Ekaterinbourg, dans l'Oural. Dans cette variante, quatre équipes de dix joueurs poussent une vieille caisse sur une piste de glace avant de laisser parler l'inertie du véhicule en mouvement. À son bord, un cinquième membre de l'équipe contrôle la direction et la vitesse du projectile, qui doit s'approcher le plus près possible d'une cible géante peinte sur la glace, quitte à exploser d'autres bagnoles en cours de route. Selon l'agence Associated Press, qui consacre une vidéo au phénomène, chaque équipe a trois essais pour y parvenir.

Le plus improbable dans cette vidéo, une fois qu'on s'habitue à la vue de types poussant une bagnole sur la glace sans raison apparente, reste le modèle utilisé : la Oka, archétype de la caisse de l'ère soviétique, résultat bâtard d'une union interdite entre Fiat et le constructeur russe AvtoVaz. Moitié curling, moitié stock car, cette version badass de ce fort traditionnel sport a tout pour remplacer son rigide ancêtre dans les programmes olympiques... même si ça ne risque pas d'arriver : toute l'opération n'est qu'une campagne de prévention routière orchestrée par des assureurs pour sensibiliser les conducteurs à la sortie de l'hiver – une période durant laquelle les routes, couvertes de neige fondue, peuvent se révéler mortelles – et ainsi les convaincre de souscrire à une assurance auto. En espérant que ça puisse donner des idées à d'autres : après tout, ce ne sont pas les épaves de bagnoles qui manquent.

À voir aussi sur konbini :