AccueilÉDITO

Vidéo : rencontre avec Dana Falsetti, la yogini XXL qui a fait la paix avec son corps

Publié le

par Jeanne Pouget

Facebook Dana Falsetti

Autrefois mal dans son corps, Dana Falsetti a trouvé dans la pratique du yoga une nouvelle façon d'appréhender son image. Elle enseigne désormais cette activité et milite pour l'acceptation de soi à travers la paix intérieure plutôt qu'avec des régimes. 

(©Dana Falsetti/Facebook)

"J'ai toujours été grosse, c'est l'histoire de ma vie. Et j'étais en quelques sortes condamnée à rester grosse et malheureuse et ne pas vivre la vie dont j'avais envie", explique Dana Falsetti, professeure de yoga et star d'Instagram suivie par plus de 280 000 abonnés. A l'école, cette Américaine aujourd'hui âgée de 23 ans pesait 136 kilos et se sentait très mal dans sa peau, entre troubles alimentaires et dépressions récurrentes.

Comment s'aimer quand on vit dans un corps que l'on n'aime pas et dont on a honte ? Il y a trois ans, persuadée que son surpoids est la cause de son malheur, Dana entame un régime et perd près de 45 kilos. Un nouveau corps mais qui ne change rien à son estime d'elle même : "Je n'étais pas plus heureuse et je ne me sentais même pas mieux [...] j'en suis arrivée à un point où je me sentais un peu perdue et perplexe sur ce dont j'avais besoin. Alors je suis allée à un cours de yoga." Le chemin d'un renouveau qui va l'aider à changer l'image négative qu'elle s'inflige en lui faisant prendre conscience des capacités infinies de son corps.

Tout le monde peut faire du yoga

Aujourd'hui, Dana est devenue professeure de yoga et voyage à travers le monde entier pour donner des cours de yoga "body positive" (ou de bien-être avec son corps). Une discipline qui l'a guidée vers l'acceptation d'elle-même et qu'elle souhaite désormais partager avec le plus de gens possible :

"Être capable de mettre fin à cette histoire a été un lent processus pour moi et c'est cela que je veux partager avec les gens. Le yoga est pour tout le monde. Pourquoi les gens devraient-ils être maigres pour faire du yoga ? Cela n'a aucun sens à mes yeux", explique-t-elle devant la caméra de The Great Big Stories.

Aussi, ses cours qui affichent complet rassemblent toutes sortes de pratiquants, gros ou non. Et tout le monde est logé à la même enseigne :

"Je ne modifie pas mes cours pour qu'ils soient plus accessibles selon l'âge, la corpulence ou quoi que ce soit de ce genre. C'est plutôt un enseignement axé de façon à ce que tout le monde se sente concerné et le plus à l'aise possible", explique-t-elle, tordant une bonne fois le cou au mythe qui voudrait que le yoga soit réservé à certaines personnes (de préférence souples et minces).

Au-delà de l'acceptation de son corps, Dana a réalisé que c'est son esprit et non son corps qui lui infligeait des limites :

"Avant de commencer à pratiquer, je ne me rendais même pas compte à quel point mon corps avait des capacités parce que je me sentais juste grosse, donc j'étais flemmarde et je voyais dans mon corps ce que la société voit quand elle regarde une personne grosse."

Aujourd'hui la jeune Américaine est définitivement réconciliée avec son corps, grâce au mental que lui a conféré le yoga : "J'aime mon corps, ce qui est fou parce que j'ai littéralement passé toute ma vie à le détester", conclut-elle. Prouvant par la sorte que l'acceptation de soi se passe avant tout dans la tête. Un parcours inspirant qui a trouvé écho auprès de milliers de jeunes filles.

Vous pouvez suivre Dana Falsetti sur sa page Facebook, son compte Instagram et son site personnel.

À lire -> Transpirer plus pour manger plus : l'acceptation de soi à travers le sport

À voir aussi sur konbini :