AccueilÉDITO

Vidéo : quand Muhammad Ali donnait une leçon de boxe à Michael Jackson

Publié le

par Ariane Nicolas

Michael Jackson demande à Muhammad Ali : "Tu penses que je peux voler comme un papillon et piquer comme une abeille ?"

Deux légendes, aujourd'hui disparues, se font face. D'un côté, Muhammad Ali, boxeur surnommé "The Greatest". De l'autre, Michael Jackson, en passe de devenir le "King of Pop". Les deux hommes sont réunis à la télévision américaine, en 1977. Dans cet extrait, ils miment une scène de combat, l'occasion pour le boxeur de donner une petite leçon de boxe à celui qui est encore, à 18 ans, membre des Jackson 5.

Si leur carrure et leur voix sont à l'extrême opposé, leur agilité et leur destin hors du commun les réunissent. Même leurs postures de boxeur et de danseur, bras à l'équerre, de profil, sautillant, semblent se rejoindre. Michael Jackson engage les hostilités avec humour. Il demande à son aîné, en référence à une phrase célèbre du sportif :

"Do you think I can float like a butterfly and sting like a bee ?"

"Tu penses que je peux voler comme un papillon et piquer comme une abeille ?"

"Tu dois encore te muscler un peu"

Le poids lourd répond alors avec panache, de sa voix légèrement voilée, et en rimes s'il vous plaît :

"You’ve got the butterfly part down, Brother Michael, and you sing real sweet to complete the cycle. But before you can sting people out of their wits, you gotta put on some meat, and keep on eating your grits."

"Tu maîtrises la partie papillon, mon frère, et pour couronner le tout tu chantes vraiment bien. Mais avant que tu puisses piquer les gens dans leur esprit, il va falloir que tu te muscles un peu et que tu continues d'en baver."

Les deux hommes, qui survolaient chacun leur discipline, se sont rencontrés à plusieurs reprises au cours de leur carrière. Ces photos postées par des internautes en hommage à Muhammad Ali en témoignent.

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Muhammad Ali est mort samedi 4 juin, à l'âge de 74 ans, des suites de problèmes respiratoires. Il souffrait de la maladie de Parkinson depuis 32 ans. Champion olympique en 1960, champion du monde à trois reprises, il incarnait à lui tout seul l’âge d’or des poids lourd dans le monde de la boxe, lui qui avait toujours frappé au visage, jamais au corps.

À voir aussi sur konbini :