AccueilÉDITO

Vidéo : le premier musée sous-marin d'Europe a ouvert ses portes

Publié le

par Jeanne Pouget

300 silhouettes à 20 000 lieues sous les mers (©Jason deCaires)

Dans ce musée un peu spécial, les œuvres d'art reposent au fond de l'océan Atlantique. Mettez dès à présent votre masque et votre tuba ! 

300 silhouettes à 20 000 lieues (peu ou prou) sous les mers (© Jason deCaires Taylor)

Il y a un an, Konbini vous dévoilait les premières images du musée Atlántico, situé aux abords de l’île espagnole de Lanzarote, dans l'archipel des Canaries. Son inauguration a finalement eu lieu le 10 janvier. Au programme de la visite : pas moins de 300 statues de l’artiste anglais Jason deCaires Taylor gisant à 12 mètres de profondeur. Ce sculpteur spécialisé dans les œuvres sous-marines est déjà exposé sous les flots du côté de l'île de Grenade, aux Bahamas et à Cancún. Il lui aura fallu trois ans pour installer ses nouvelles créations dans les eaux européennes et donner ainsi vie à la première exposition sous-marine sur le vieux continent.

Au-delà de la prouesse technique, la démarche de Jason deCaires Taylor vise à sensibiliser le public à la préservation de l'environnement, en faisant un pont entre l'art et la nature : "J’espère que le Museo Atlántico de Lanzarote sera un passage vers un monde différent et amènera le public à mieux comprendre notre environnement marin et ô combien nous dépendons de lui", a souligné l'artiste lors de l'inauguration.

Des œuvres d'art écologiques

En effet, ses sculptures ont été réalisées dans un béton spécial, conçu pour s’adapter aux écosystèmes sous-marins. Ainsi, les silhouettes humaines servent de récifs artificiels, habités par la faune et la flore locales qui y trouvent de nouveaux refuges. Coraux, poissons et algues investissent progressivement les lieux, donnant aux statues de nouveaux visages colorés.

Par ailleurs, le Britannique a moulé les corps et les visages de ses statues sur les habitants de l'île de Lanzarote pour sensibiliser les populations locales et les encourager à préserver leur patrimoine. Enfin, le regard de l'artiste est aussi humanitaire : dans votre déambulation sous-marine, vous noterez peut-être que certaines silhouettes marchent vers les côtes. Celles-ci sont un hommage funeste aux migrants ayant tenté d'atteindre les rives espagnoles. Dans son exposition sous-marine au large de l'île de Grenade, l'artiste avait déjà rendu hommage aux esclaves morts durant leur traversée de l’Atlantique.

Une œuvre d'art engagée et novatrice qui participe aussi à la protection de la faune et de la flore aquatique. Et comme ce musée n'a pas de portes, il est en libre accès !

À voir aussi sur konbini :