AccueilÉDITO

Vidéo : oubliez toutes vos idées reçues sur l’homosexualité

Publié le

par Mélissa Perraudeau

@https://www.facebook.com/MaxBirdOfficiel/photos/a.391720924276128.1073741828.391718177609736/1315608328554045/?type=3&theater

Ce 17 mai, c’est la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. L’occasion pour le youtubeur Max Bird de s’attaquer aux idées reçues sur l’homosexualité, en démontrant leur fausseté grâce à l’histoire et la science.

Max Bird a ouvert sa chaîne YouTube il y a un an et s’y attache à démonter les idées reçues à travers des études et données scientifiques. Pour cette journée importante de lutte contre les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, son vingt-quatrième épisode s’intéresse aux préjugés sur l’homosexualité les plus répandus. Sa vidéo est dans le top 5 des tendances YouTube en France, et il faut dire qu’elle a le mérite de démonter clairement et efficacement certains propos.

Max Bird s’adresse aux personnes trouvant l’homosexualité contre-nature, désirant l’empêcher ou l’invisibiliser, et se donne comme but de leur prouver scientifiquement et historiquement que celle-ci est on ne peut plus naturelle. Une façon de les encourager à l’accepter, et à arrêter les stigmatisations et les discriminations. Il traite donc divers préjugés, comme le fait que l’homosexualité serait un choix, une déviance moderne causée par l’environnement, ou qu’il y avait moins d’homosexuels avant, qu’être élevé-e par deux papas (ou deux mamans) prédisposerait à l’homosexualité, ou encore que cette dernière serait le résultat d’un œdipe mal résolu… et rapporte finalement les travaux du biologiste Jacques Balthazart, qui montrent que l’orientation sexuelle dépendrait d’un moment clé de la formation de notre cerveau et d’un pic de testostérone. La conclusion ?

"Notre orientation sexuelle est décidée à la naissance, indépendamment de notre volonté."

Une vidéo efficace et accessible

Le youtubeur en profite pour rappeler la purge des homosexuels effectuée par les autorités tchétchènes, et encourage à signer la pétition demandant une "enquête sur les massacres et tortures d’homosexuels en Tchétchénie".

S’il y a des maladresses dans certaines formulations et conclusions qui pourraient être affinées, la vidéo a en revanche le mérite d’être pédagogue et accessible. Elle propose des arguments irréfutables à montrer à votre famille qui n’ose pas prononcer le mot "homosexuel" par peur de la "contagion", à celles et ceux qui se réfèrent à une époque 100 % hétérosexuelle qui n’a jamais existé, ou à toutes les personnes pour qui les couples du même sexe sont incapables d’éduquer un enfant.

Max Bird a précisé en commentaire sous sa vidéo sur YouTube qu’il n’avait pas abordé la bisexualité parce qu’il n’y a pour le moment "aucune donnée pertinente [sur ce sujet]". Il explique : "Les chiffres n’étant parlants qu’en comparant les extrêmes, il faut espérer des études plus élargies. Mais il doit probablement s’agir d’un entre-deux." Cette vidéo ne fera pas changer d’avis les plus intolérants ni les plus virulents, mais certains seront peut-être réceptifs à ce type d’arguments plus scientifiques, prouvant pourquoi pas plus en 2017 qu’avant, il n’y a de légitimité à discriminer les personnes non hétérosexuelles.

À voir aussi sur konbini :