AccueilÉDITO

Vidéo : oubliez vos idées reçues sur les règles avec Jack Parker et Julien Ménielle

Publié le

par Mélissa Perraudeau

@https://www.youtube.com/watch?v=7iDn45lAVbE

Après la sortie de son livre Le Grand Mystère des règles, Jack Parker a été invitée sur la chaîne YouTube Julien Ménielle, Dans ton corps, pour démonter quelques mythes tenaces sur les menstruations.

La chaîne YouTube Dans ton corps a été ouverte en avril 2016 par Julien Ménielle, ancien infirmier et journaliste, dans le but de parler santé et corps humain. Au programme de sa dernière vidéo de vulgarisation, un sujet vieux comme le monde qui concerne une partie conséquente de la population : les règles. Sortie ce mercredi 14 juin, elle est neuvième des tendances YouTube et comptabilise au lendemain de sa publication près de 150 000 vues. Il faut dire qu’elle compte une invitée de choix : la journaliste indépendante Jack Parker, auteure du blog Passion Menstrues, et du livre Le Grand Mystère des règles, paru aux éditions Flammarion le 17 mai dernier.

Dans cette vidéo, les deux spécialistes démontent ensemble les plus gros mythes erronés sur le sujet. Ils commencent par préciser un point important à propos des personnes concernées par les menstruations, Julien Ménielle expliquant que "toutes les femmes n’ont pas leurs règles, et [que] toutes les personnes qui ont leurs règles ne sont pas des femmes", notamment les personnes transgenres.

Non, les règles ne sont pas sales

Première idée reçue présente dans beaucoup trop de têtes et démontée par Julien Ménielle, le mythe selon lequel les règles seraient sales. Le youtubeur explique que "le corps se prépare régulièrement (d’où le nom) à une éventuelle fécondation, et il passe par plusieurs phases". Les menstruations, c’est quand la couche superficielle de l’endomètre (qui tapisse l’utérus) se décolle et s’évacue par le vagin. La muqueuse, le sang, et ce qui est récupéré le long du trajet (la flore vaginale, les bactéries habituelles…) forment les règles, qui n’ont donc rien de sale ou d’anormal, voire de dangereux.

Julien Ménielle et Jack Parker expliquent ensuite qu’elles ne sentent pas mauvais intrinsèquement, et que les odeurs qui peuvent résulter de la stagnation du sang en dehors du vagin, de la prolifération des bactéries ou des produits contenus dans les protections hygiéniques restent la plupart du temps discrètes. D’autant plus que contrairement à une autre idée reçue, on n’inonde pas tout quand on a ses règles : en moyenne, on perd entre sept et dix cuillères à café, soit un fond de verre.

Et n’en déplaise à toutes celles et ceux qui aiment lancer "Mais t’as tes règles ou quoi ?" aux personnes qui sont de mauvaise humeur, on n’est pas plus chiante quand on a ses règles. Les fluctuations hormonales et le syndrome prémenstruel font que les personnes "ne se sentent pas forcément au mieux", mais rien qui ne légitimise ce jugement. Les deux spécialistes appellent à un peu d’empathie, expliquant que si les personnes qui ont leurs règles peuvent moins "supporter les trucs pénibles que d’habitude", c’est aussi "parce que les trucs pénibles, c’est pénible justement". Cela n’empêche en tout cas pas les personnes ayant leurs règles de réussir la mayonnaise, contrairement à un autre cliché très répandu.

Le Grand Mystère des règles, pour que le tabou disparaisse enfin

Derrière les mythes qui entourent les règles, on trouve du sexisme, médical et général, et de l’ignorance liée au tabou des menstruations. Les personnes menstruées sont culpabilisées pour un phénomène normal, au point que selon Jack Parker, de nombreuses adolescentes cachent honteusement qu’elles ont leurs règles à leurs parents. Dans Le Grand Mystère des règles, elle fait la lumière sur la vérité des menstruations, pour enlever tout tabou et normaliser les règles dans leur intégralité.

En passant en revue le marécage interfessier ou les complexes liés à l’achat même de protections hygiéniques, Jack Parker insiste sur le fait qu’il n’y a vraiment aucune honte à avoir ses règles. La journaliste explique les soucis de transit, les gaz, les caillots et les couleurs des règles ou encore les éjections sauvages de tampons, de façon claire et rassurante, pour que chacun-e comprenne son corps et ses règles, et ait les clés pour les vivre aussi bien que possible. Le Grand Mystère des règles est à cet égard une véritable bible, recensant les différentes protections hygiéniques, la façon de les utiliser ainsi que leurs avantages et inconvénients, et donnant des pistes pour gérer douleurs et désagréments. Et l’autrice n’oublie pas de préciser que souffrir n’est jamais normal, et que les symptômes de l’endométriose ne sont pas à prendre à la légère.

C’est aussi l’occasion de parler consentement sexuel et de réaffirmer le droit des femmes à disposer de leur corps. Un droit qui n’est pas acquis partout, comme Jack Parker le démontre avec un panorama sur la façon dont les règles sont vécues dans le monde entier. Au Népal par exemple, des adolescentes meurent parfois dans les "huttes menstruelles", où certaines sont forcées de vivre pendant leurs règles. Ces aspects géographiques, sociologiques et historiques sont complétés par un tour d’horizon du traitement des règles dans la publicité, le sport, la pop culture et l’art, afin de mieux comprendre le fonctionnement et les manifestations du tabou autour des menstruations, qui en dit long sur la condition des femmes.

Mais le livre entend aussi parler des bonnes initiatives et montrer qu’il est possible de parler des règles, de ne plus les cacher, pour mieux vivre avec. Pour Jack Parker, c’est la lutte menée contre la "taxe tampon" en 2015 qui a constitué un tournant décisif. Depuis, la libération de la parole se fait progressivement, et si elle ne va pas assez vite, l’autrice est optimiste, comme elle l’a expliqué à RTL :

"Le dialogue et la médiatisation font des miracles. C’est ce que j’ai pu observer depuis que je me suis lancée dans cette sanglante aventure : une fois qu’on ouvre le dialogue, les barrières tombent plus rapidement qu’on ne pourrait le croire – dans certains milieux, en tout cas. Les gens ont énormément de choses à dire et de questions à poser, il suffit de les pousser un peu pour que ça sorte. Plus on le fera, plus ça deviendra banal, et bientôt on se demandera pourquoi on en a fait tout un foin au point d’écrire des livres sur le sujet."

À voir aussi sur konbini :