AccueilÉDITO

Vidéo : Manuel Valls accuse certains médias de "complicité" avec Tariq Ramadan

Publié le

par Astrid Van Laer

Invité du Grand Rendez-vous sur Europe 1 et CNews lundi 6 novembre, l’ex-Premier ministre s’est exprimé au sujet des accusations de viol qui touchent Tariq Ramadan. Il a accusé plusieurs médias tels que Le Bondy Blog, Les Inrocks ou Mediapart, de "complicité" envers celui qu’il qualifie de "soi-disant intellectuel".

"Je dénonce depuis longtemps la duplicité de Tariq Ramadan" : c’est en ces termes que Manuel Valls est revenu sur les dépôts de plainte pour viol à l’encontre de l’islamologue suisse. L’ancien chef du gouvernement était invité dans l’émission Le Grand Rendez-vous, diffusée sur Europe 1 et CNews, et il a fustigé celui qu’il dénonce comme étant un "soi-disant intellectuel, promoteur de la charia, prédicateur islamique".

Le député de la première circonscription de l’Essonne a également accusé le cofondateur de Mediapart, Edwy Plenel, d’avoir été "complice" de l’islamologue suisse, tout comme Les Inrocks, Frédéric Taddeï ou encore Le Bondy Blog :

"Il faut que la vérité éclate sur ce soi-disant intellectuel, promoteur de la charia, prédicateur islamiste, qui a fait un mal terrible dans notre jeunesse avec ses cassettes, ses prêches dans nos mosquées, ses invitations sur tous les plateaux, ses amitiés, ses complicités – je pense à Edwy Plenel. Il y a un moment où il faut dire : 'ça suffit !' […]

Quand une partie de la presse progressiste, une presse de qualité, je pense aux Inrockuptibles, au Bondy Blog ; quand on reçoit et quand on a reçu Tariq Ramadan, y compris sur Europe 1 – et c’est toujours le même journaliste, Frédéric Taddeï, qui le reçoit depuis des années comme avant il avait reçu des personnalités comme Dieudonné ou Soral –, alors on abdique."

"Personne à Mediapart ne savait"

De son côté, avant que Manuel Valls ne lui reproche cette "complicité", Edwy Plenel s’était exprimé sur le plateau de BFMTV dimanche 5 novembre. Le journaliste a assuré n’avoir jamais été au courant de ces accusations de viol à l’encontre de Tariq Ramadan, comme il l’a répété à plusieurs reprises : "Personne à Mediapart ne savait."

Edwy Plenel s’est défendu de toute complaisante envers le très controversé conférencier, qu’il compare, si les faits étaient avérés, à un "prêtre pédophile", expliquant :

"Des gens qui aujourd’hui disent 'nous savions, mais nous n’avons pas publié', ces gens-là ont été complices du crime. […] Si l’on sait quelque chose, pendant des années, et que l’on ne se donne pas les moyens, soit policiers, soit judiciaires, soit journalistiques, on permet que d’autres victimes aient lieu."

Le journaliste a néanmoins tenu à rappeler qu’il avait toujours été "contre sa diabolisation", avant de nier toute responsabilité, comparant cette affaire aux scandales d’agression et harcèlement sexuels qui avaient ébranlé le socialiste Dominique Strauss-Kahn en 2011 :

"Est-ce que nous avons fait ça, vous, moi, en disant 'tous les socialistes, M. Valls le premier, et M. Cambadélis, doivent rendre compte de ce qui est reproché à M. Strauss Kahn, dont ils faisaient la campagne présidentielle' ? Est-ce que nous avons dit 'tous les écologistes doivent rendre compte de ce qui est reproché à M. Baupin ?'"

À lire -> Après sa une sur Tariq Ramadan, Charlie Hebdo reçoit des menaces de mort sur Twitter