AccueilÉDITO

Vidéo : le témoignage de Mana Hashimoto, danseuse aveugle

Publié le

par Fanny Hubert

Dans cette vidéo touchante, une danseuse aveugle raconte comment elle a perdu la vue et explique sa perception sur son handicap. 

C'est un témoignage émouvant et sincère que nous livre ici Mana Hashimoto. Cette danseuse japonaise aveugle s'est livrée à StyleLikeU et raconte son histoire. Assise sur une chaise, elle dépose sa canne blanche à côté d'elle. Au fur et à mesure de l'entretien, elle enlève les différentes couches de vêtements qu'elle porte. Ce geste est là pour signifier, dans l'ordre, les couleurs qu'elle a cessé de voir pour finalement perdre complètement la vue.

Mana n'est pas aveugle de naissance. Comme elle l'explique, c'est à l'adolescence qu'elle s'est rendue compte que quelque chose clochait avec sa vue. Quand elle lisait, il y avait des sortes de lumières qui perturbaient sa lecture. Pour comprendre ce qui se passe, elle va voir un médecin qui lui donne un très mauvais diagnostic :

J'ai eu peur parce que je ne savais pas vraiment ce qui se passait. J'ai été voir un ophtalmologiste qui m'a dit que c'était peut-être d'origine psychologique parce que je subissais beaucoup de pression avec mes études.

Mais ce médécin était le seul en qui sa mère avait confiance et celle-ci ne voulait pas admettre que sa fille pouvait souffrir d'un handicap plus sévère. La cécité a pris du terrain progressivement. "J'ai perdu la moitié de ma vue en six mois." Mana distinguait alors seulement la partie basse de son champ de vision. Petit à petit, les couleurs ont disparu.

"Au Japon, on doit penser comme tout le monde"

Son handicap a un impact lourd sur sa vie. Elle ne peut plus vivre au Japon donc décide d'aller vivre aux États-Unis : 

Quand j'ai perdu 50% de ma vue, j'ai perdu ma vie au Japon. Donc j'ai décidé d'aller aux États-Unis. Au Japon, on doit penser comme tout le monde. Et si on ne le fait pas, on est en quelque sorte exclu de la communauté. Je ne pouvais pas m'intégrer à cette société.

Celle qui danse depuis ses 4 ans va étudier la danse contemporaine à New York. Un an après son installation, elle commence à perdre la vision basse qu'il lui reste. Ce ne sont plus seulement les couleurs mais les objets qui disparaissent, s'évaporent. Puis, c'est le noir complet.

Le quotidien s'avère compliqué, surtout quand il faut se déplacer. Elle est toujours obligée de demander à quelqu'un de l'accompagner. Le plus difficile pour elle en ce moment, c'est qu'elle doit faire beaucoup de longs trajets, aller d'administration en administration pour que sa fille obtienne un passeport américain.

Car Mana est aussi une mère célibataire, le père de l'enfant ayant "abandonné ses responsabilités". Et Mana n'a jamais vu le visage de sa fille. Celle-ci ne comprend d'ailleurs pas toujours pourquoi les gens les regardent d'une drôle de manière.

Danser pour être libre

Pour elle, la danse est un moyen de se libérer de sa dépendance aux autres et de maîtriser ce qu'elle fait, de contrôler l'espace et de le faire seule – pour la voir danser, c'est par ici.

La scène est entièrement à moi. Il y a ce moment où je peux décider quand est-ce que je commence à danser et quand est-ce que j'arrête. Je peux exprimer ce que j'ai envie d'exprimer. [...] C'est ma liberté, c'est mon monde.

Pas besoin de voir pour danser. Ce qui compte c'est les émotions qu'elle ressent. D'ailleurs, ces émotions font partie des aspects positifs que Mana attribue à son handicap :

Même si cela me manque de ne pas voir les choses, je peux me concentrer sur mes sentiments, mes intuitions et ce qui est vraiment important pour moi. Quand je pouvais encore voir, j'étais submergée par la prédominance des images visuelles dans notre monde. Maintenant je ne suis plus distraite par ces choses.

Mana n'a plus à dormir avec un miroir près d'elle, elle n'est plus focalisée sur l'apparence. Mais ce qu'elle aimerait vraiment, c'est pouvoir voir le visage de sa fille et ses propres rides, car pour elle, "devenir vieille est quelque chose de beau".

À voir aussi sur konbini :