Vidéo : à la rencontre de Steve Ritchie, le mec qui crie "finish him" dans Mortal Kombat

Dans sa dernière vidéo, Great Big Story est allé à la rencontre de l’homme à la voix démoniaque qui vous ordonne de massacrer votre adversaire. Un type tout à fait charmant.

Pour quiconque ayant grandi à l’époque de l’âge d’or du jeu vidéo – je veux bien entendu parler des années 1990, quand l’ultraviolence des jeux n’avait d’égale que la brutalité de leur bande-son –, les mots "finish him" renvoient à une seule et unique émotion : celle d’une victoire magistrale acquise à coups de tatanes, couplée à une humiliation visuelle et sonore de l’adversaire.

Publicité

Au même titre que le jingle "EA Sports, it’s in the game" qui ouvre chaque opus de Fifa depuis près de 20 ans, la voix d’outre-tombe qui annonce la venue d’une "fatality" dans Mortal Kombat est un classique de la culture vidéoludique. Et après Andrew Anthony, l’homme derrière le jingle viril d’EA Sports, c’est au tour de Steve Ritchie, l’homme derrière l’injonction au massacre, d’être démasqué.

Dans une vidéo réalisée – une fois encore — par les équipes de Great Big Story, on découvre donc Steve Ritchie, l’homme derrière le mythe, qui est en fait un concepteur de flippers qui se trouvait être le voisin de palier de l’équipe en charge du développement du premier opus de Mortal Kombat, à l’orée des années 1990.

Alors qu’il vaquait tranquillement à ses occupations – en l’occurrence, développer des flippers et en assurer les jingles sonores —, les créateurs du jeu l’ont approché pour lui faire enregistrer cette voix venue tout droit des enfers. Lors de la session d’enregistrement, explique Ritchie, il lui a été demandé d’aller toujours plus bas dans les graves, avant d’accoler à sa voix un effet numérique qui la rendra encore plus diabolique, histoire de bien satisfaire les instincts sadiques de générations de gamers.

Publicité

Et tout ça grâce à un type au sourire enfantin, qui rigole doucement entre deux prises. Un mythe s’effondre.

Par Thibault Prévost, publié le 20/11/2017

Pour vous :