@https://www.youtube.com/watch?v=TVL7DCAp-3M

Vidéo : l’inspirant coming out trans d’un entraîneur de foot aux États-Unis

Kaig Lightner entraîne de jeunes footballeurs américains. La semaine dernière, il a décidé de leur révéler sa transidentité. Une invitation pédagogue à l’ouverture d’esprit et la tolérance.

Kaig Lightner, entraîneur de foot à Portland, a effectué sa transition vers le sexe masculin en 2007, et s’est dès lors consacré à la cause trans en plus de ses activités sportives. Il a ainsi cofondé Transactive, une association pour aider les enfants et jeunes trans, ainsi que leur famille. Du côté du foot, il a créé le Portland Community Football Club.

Publicité

Il s’agit d’un club aux valeurs humanistes, avec des entraînements accessibles aux petits budgets, et "une opportunité de s’assurer que les athlètes, les entraîneurs et les familles de la communauté LGBTQ aient un endroit où se sentir bienvenus et acceptés". En effet, pour son fondateur, "aucun jeune, parent ou entraîneur ne devrait jamais se sentir exclu ou discriminé à cause de son orientation sexuelle ou de son identité de genre". Surtout que ces identités ne sont pas toujours acceptées "dans la communauté sportive, particulièrement chez les jeunes athlètes".

Pour encourager l’esprit de tolérance chez ses jeunes élèves, l’entraîneur a décidé de leur révéler sa transidentité le 1er mai. Une annonce qui le rendait "très nerveux", et qu’il a décidé d’enregistrer, pour lui mais aussi pour les joueurs absents et les parents. La vidéo a rapidement obtenu un grand succès, et a été relayée par Outsports puis le Huffington Post ou encore BuzzFeedKaig Lightner a expliqué à ses jeunes élèves qu’il avait besoin de leur dire qui il était, parce que pour lui :

"Nous devrions tous être qui nous sommes, nous devrions tous être exactement qui nous nous voulons être et ne pas cacher qui nous sommes."

Publicité

Une invitation à voir au-delà des définitions genrées

Un point important dans le monde du foot en particulier, et du sport en général. L’entraîneur se souvient notamment des distinctions stéréotypées faites entre garçons et filles :

"Nous avons beaucoup de règles dans le sport sur comment les garçons jouent et comment les filles jouent, et ce n’est pas vraiment juste si vous pensez à quelqu’un comme moi. Je suis né fille et je ne me sentais pas vraiment fille, je me sentais vraiment garçon mais je devais jouer au foot en tant que fille et j’ai été élevé comme une fille.

Et on m’a dit beaucoup de choses sur le fait de jouer au foot : en tant que fille, je ne pouvais pas faire telle chose, ni telle autre, je n’étais pas assez bonne, ou au contraire je l’étais trop : je faisais trop comme les garçons…"

Dans la vidéo, l’entraîneur invite ainsi ses élèves à voir au-delà des distinctions binaires traditionnelles et des hiérarchisations injustes entre les sexes, avec des mots pédagogues : il souligne qu’il est normal que les enfants ne comprennent pas forcément, et qu’ils peuvent lui poser toutes les questions qui leur viennent en tête. La première interrogation à venir n’est pourtant pas sur sa transidentité, mais sur son âge. Deux enfants s’assurent alors d’avoir tout compris : s’il est bien né fille, et pourquoi il voulait être un garçon. Puis un élève lui parle d’une fille de son école désireuse de jouer au foot, mais qui se voit confrontée aux stéréotypes de genre. Kaig Lightner l’encourage à la soutenir. Le message semble donc être très bien passé, Kaig Lightner ayant par ailleurs confié à BuzzFeed que l’entraînement avait ensuite été "comme d’habitude" :

Publicité

"Je ne savais pas comment ils réagiraient. J’ai vraiment aimé que la première question soit quel âge j’avais. Je pense que cela montre combien cette génération de jeunes est bien plus exposée aux personnes et concepts LGBT que je ne l’étais enfant."

Montrer que le genre n’est pas "rigide ou binaire"

L’entraîneur reste cependant très conscient du travail qu'il reste à faire pour que les personnes trans ne soient plus discriminées, mais espère que la vidéo permettra de montrer que le genre n’est pas "rigide ou binaire". Et que les jeunes trans pourront voir qu’il leur est possible d’être heureux et de vivre comme ils l’entendent :

Publicité

"J’espère être une petite lumière dans ce qui peut être un tunnel très sombre."

Les commentaires sous la vidéo et sur les réseaux sociaux semblent clairement indiquer que oui, beaucoup saluant son caractère "inspirant" et remerciant Kaig Lightner.

Traduction : "Quel courage. Quel grand modèle que Kaig Lightner de prendre l'initiative d’être authentique afin que d’autres puissent le suivre."

Par Mélissa Perraudeau, publié le 08/05/2017

Pour vous :