AccueilÉDITO

Vidéo : les réponses gênantes de Gérard Collomb à la question du harcèlement

Publié le

par Clothilde Bru

Interrogé sur le harcèlement sexuel, Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, a fait un parallèle hasardeux entre ce délit et le flirt.

Invité de la matinale de Franceinfo le 19 octobre – qui se tenait pour une édition spéciale dans les nouveaux locaux de la police judiciaire, dans le XVIIe arrondissement de Paris – le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a été invité à réagir sur plusieurs sujets d’actualité, parmi lesquels l’affaire Weinstein et le hashtag #BalanceTonPorc. Lundi, c’était Bruno Le Maire qui s’était pris les pieds dans le tapis.

À la question "dénonceriez-vous un harceleur ?", le ministre de l’Économie et des Finances avait répondu "non", avant de s’excuser dans une vidéo où il reconnaissait s’être "mal exprimé". À cette même question, Gérard Collomb a fermement répondu "oui", avant de se lancer dans des explications pour le moins confuses :

"Entre le fait de pouvoir flirter et le fait de pouvoir harceler, il me semble y avoir des différences. Quand on voyait le producteur de cinéma, ce n’était pas du flirt, c’était véritablement de l’imposition. Là, il y a une barrière à pouvoir mettre qui doit être mise de manière extrêmement ferme."

Avant de poursuivre : "La même question s’est posée vis-à-vis des pédophiles, 'Est-ce qu’il faut dénoncer les pédophiles ?' À un moment donné, oui, on voit que partout il faut dénoncer les pédophiles."

Ces explications alambiquées n’ont pas été du goût de tous. D’autant plus que selon une étude du Monde parue mardi, trois Français sur quatre ne distinguent pas harcèlement, blagues salaces et séduction.

À lire -> Pour Gérard Collomb, Macron a "révolutionné le monde"