"Hillary Clinton, c'est la guerre" : quand Marine Le Pen fait du Donald Trump

Interrogée par la chaîne américaine CNN, Marine Le Pen a tenu à l'encontre de Hillary Clinton des propos étrangement similaires à ceux de Donald Trump. De quoi forcer encore un peu plus la comparaison entre les deux candidats populistes.

Mercredi 31 août, Marine Le Pen a été interviewée par la chaîne américaine CNN. Interrogée sur des sujets variés, la responsable du Front national s'est exprimée sur les musulmans de France, le Brexit ou Donald Trump. Et comme le remarque le Huffington Post, les points communs entre elle et le candidat républicain à la présidentielle américaine sont légion.

Publicité

Tout d'abord, Marine Le Pen lance une diatribe antimusulmane acerbe quand elle dénonce le fameux burkini comme "un des nombreux symptômes de la montée en puissance du fondamentalisme islamiste en France", avant de fustiger la "volonté communautariste" des musulmans en France qui veulent "imposer [leurs] propres principes". On sait pourtant que s'il est difficile à chiffrer avec précision, le port du burkini sur les plages de l'Hexagone reste très rare, comme on peut le lire dans le JDD ou sur Arrêts sur images.

Alors que la journaliste de CNN lui demande pourquoi elle ne cible pas également les attributs religieux d'individus ayant une autre foi, elle lui rétorque qu'"aucune autre religion ne pose problème" en France.

"Hillary Clinton, c'est la guerre"

L'interlocutrice de Marine Le Pen lui demande alors de commenter une assertion du New Yorker de décembre 2015 selon laquelle "Donald Trump est le Marine Le Pen américain". Visiblement flattée de la comparaison, Mme Le Pen estime que tous deux "ne [sont] pas du sérail", tout comme Bernie Sanders. Mais elle préfère répondre de façon indirecte, avec comme angle d'attaque Hillary Clinton :

Publicité

"Pour l'intérêt de la France, c'est tout sauf Hillary Clinton [...] Je crois que Hillary Clinton c'est la guerre, Hillary Clinton c'est la dévastation, c'est le déséquilibre du monde, ce sont des choix économiques qui sont ravageurs pour le bonheur de mon peuple, ce sont des choix sur le plan géostratégique qui vont engager à des conflits mondiaux qui risquent d’être très lourds. Donc tout sauf elle."

Cette vive réponse est formulée sur le même ton que la majorité des charges de Donald Trump envers la candidate démocrate. Le Huffington Post rappelle ensuite les déclarations du politicien milliardaire lors de son investiture en juillet dernier :

"L'Amérique est beaucoup moins sûre et le monde beaucoup moins stable depuis qu'Obama a décidé de donner à Hillary Clinton la responsabilité des Affaires étrangères. Après quatre ans de Hillary Clinton ? Daech. Voilà ce que nous lègue Hillary Clinton : la mort, la destruction, la faiblesse !"

Publicité

Bigre.

Par Théo Chapuis, publié le 01/09/2016

Copié

Pour vous :