AccueilÉDITO

Vidéo : Francky Vincent chante en hommage aux victimes de l’ouragan Irma

Publié le

par Cyrielle Bedu

Dans un morceau, le légendaire chanteur de zouk guadeloupéen exprime sa solidarité avec les victimes de l’ouragan Irma, qui a notamment touché les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy. Il en profite également pour tacler le gouvernement.

"Saint-Martin, Saint-Barthélemy. Devenues enfer au paradis", chante gravement Francky Vincent dans une chanson écrite en hommage aux victimes de l’ouragan Irma, et diffusée sur les réseaux sociaux le 13 septembre dernier. Une dizaine de jours après le passage du cyclone Irma, l’artiste antillais a souhaité faire état de la détresse des populations de ces deux îles françaises, qui subissent les violentes conséquences du passage de l’ouragan. L’artiste critique également l’action tardive du gouvernement dans la gestion de cette crise.

"L’heure n’est pas à la polémique, mais à aider ces îles magnifiques. Politiques : action, réaction. La population : dénonciation", chante ainsi l’auteur de "Tu veux mon zizi" et "Fruit de la passion". Avant de poursuivre :

"L’anticipation n’était pas de mise, évacuation, c’est un choix qui se brise. Un vent de panique s’installe profondément, ainsi que le laxisme du gouvernement […]. On évacue d’abord les touristes, les locaux seront après en piste."

Le clip de la chanson alterne des images catastrophiques de l’ouragan Irma, des séquences avec des habitants des îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy et des vidéos montrant Francky Vincent lors de l’enregistrement du morceau en studio. Mais selon Magid Lebbar, un des collaborateurs de l’artiste, contacté par le Huffington Post, l’unique but de Francky Vincent était de sensibiliser le grand public. "Il n’y a aucun argent en jeu, a-t-il ainsi indiqué. L’objectif de Francky Vincent via ce clip vidéo est de lancer un appel à la solidarité pour les populations locales victimes de l’ouragan. À cet effet, le titre n’est pas en vente mais se trouve uniquement sur les réseaux sociaux."

À voir aussi sur konbini :