AccueilÉDITO

Vidéo : visiblement soulagé, David Cameron s'en va en chantonnant

Publié le

par Théo Chapuis

Oubliant son micro-cravate, David Cameron s'est laissé allé à chantonner en quittant la presse le 11 juillet. Mais au fait, c'était quoi cette chanson ?

Il y a fort à parier que David Cameron laisse un goût amer aux Britanniques. Après avoir organisé le référendum qui a conduit au Brexit, le Premier ministre du Royaume-Uni refuse d'acter lui-même la sortie de l'Union européenne et préfère offrir sa démission. Après la vidéo ci-dessus, on peut même dire qu'il aura laissé un léger sentiment de "Après moi, le déluge" aux sujets de Sa Majesté, selon la célèbre citation attribuée à Louis XV.

Après avoir annoncé le nom de sa remplaçante au poste suprême, Theresa May, sur le perron du 10 Downing Street, David Cameron était visiblement soulagé que ça soit fini. Oubliant son micro-cravate, il s'est éloigné de sa démarche d'homme d'État vers sa demeure... en chantonnant un petit air. Il conclut même ce "off" involontaire par un petit "Right !"  ("Bien !") d'apaisement. Ah, la satisfaction du travail bien fait.

Le web s'en régale déjà

Il n'a fallu que quelques heures pour que le Web britannique s'en empare, de nombreux twittos se demandant bien ce que le Premier ministre démissionnaire a bien pu chantonner. De l'air de Winnie l'ourson au générique d'À la Maison-Blanche, en passant par Wagner ou Beethoven, les théories des commentateurs sont aussi nombreuses qu'excentriques. Après tout, quoi de plus anglais ?

Plus amusant encore, un certain Phil Toms a composé un instrumental "basé sur un thème de David Cameron" :

En fait il est loin d'être le seul. D'autres compositeurs ont déjà proposé à Youtube leur propre variation sur la ritournelle de Cameron. Tel Thomas Hewitt Jones et son arrangement mélancolique bâti autour d'un solo de violoncelle qu'on croirait taillé pour le générique d'une série policière ; ou bien l'orchestration plus ampoulée de Denno Music.

En France aussi on est concernés et les rédactions politiques sont sur les dents. Comme l'équipe de 20 Minutes, dont le claviériste (et non pas claviste) a reproduit la partition :

Après tout, quoi de plus normal qu'un départ en fanfare pour ce grand mélomane :

À voir aussi sur konbini :