AccueilÉDITO

Vidéo : ces Français d'origine asiatique en ont marre d'être des clichés sur pattes

Publié le

par Louis Lepron

Et ils le disent haut et fort. 

"Jackie Chan", "Chinetoque", "Bah alors, Bruce Lee !", "Vous parlez super bien français", "Travailleur". Dans une vidéo publiée il y a quelques d'heures, une page Facebook a décidé de revenir sur les clichés entourant les Français d'origine asiatique.

À lire -> Un candidat sud-coréen confronté au racisme ordinaire sur le plateau de la Nouvelle Star

Travailleurs forcés dans les campagnes, combattants pour la France, enfants des colonies, boat people... la vidéo rappelle le lien historique qui existe entre différentes régions d'Asie et la France, pour mieux retranscrire une réalité : les Asiatiques de France sont désormais autre chose que des vieux clichés. Des comédiens, artistes, footballeurs, chanteurs ou journalistes – de Lin Dan Pham à Pierre Sang – prennent la parole.

À lire -> Kev Adams et Gad Elmaleh accusés de racisme envers les Asiatiques

Le clip, réalisé par la journaliste Hélène Lam Trong, est à l'initiative d'habitants du XIIIe arrondissement, excédés par les idées reçues entourant leurs origines, loin des réalités.

Interrogée par Cheek Magazine, elle s'explique ainsi :

"Aujourd’hui, il y a des Asiatiques dans tous les secteurs d’activité, à tous niveaux de qualification. En revanche, ils sont moins présents dans le paysage médiatique et donc dans l’imaginaire collectif [...]. Par ailleurs, il faut le dire, une certaine réserve a été adoptée par la 'première' génération d’immigrés asiatiques, ceux arrivés en masse à la fin des années 70, début des années 80.

Probablement parce qu’ils avaient tout perdu et étaient dans une logique de survie pure. Peut-être aussi qu’en tant que réfugiés accueillis, à l’époque, à bras ouverts par la France, ils se sentaient redevables. Ce qui les a rendus peu enclins à dénoncer le racisme qui pouvait les viser. Mais cette réserve n’est plus ce à quoi aspirent les deuxième et troisième générations".

Et de conclure, à propos du changement des mentalités à l'égard de ce manque de représentativité dans la société française :

"Le changement s’impose un peu de fait. Aujourd’hui, les Asiatiques sont visés directement par des actes violents, ils font l’objet de sketches et de blagues que plus personne n’ose se permettre à propos d’autres communautés. Pour renverser les préjugés, il faut mouiller la chemise. Ça peut prendre des formes différentes mais si on n’a plus envie d’être invisibles, il faut oser le dire. Haut et fort."

À voir aussi sur konbini :