Les États-Unis placent les abeilles hawaïennes sur la liste des espèces en danger

Sept espèces d'abeilles vivant sur l’île d’Hawaii ont été placées sur la liste des animaux en danger aux États-Unis.

Bee (Photograph: USGS Bee Inventory and Monitoring Lab via Flickr CC)

(© USGS Bee Inventory and Monitoring Lab /Flickr CC)

Des fruits aux légumes, en passant par les noix et le café, les abeilles sont responsables de la pollinisation de plus d’un tiers de ce qui nous nourrit. Elles jouent donc un rôle fondamental dans le fragile équilibre de notre écosystème. Ce n’est donc pas sans inquiétude que le Département américain de gestion de la faune et de la pêche (USFSW) vient officiellement de placer sept types d’abeilles dites "à tête jaune" sur la liste des espèces menacées.

Publicité

Originaires d’Hawaii, les abeilles en question sont considérées comme les pollinisateurs primaires d'une fleur de plage emblématique de l’île, la naupaka. Le nombre d'abeilles est en constante diminution depuis plusieurs années en raison de la dégradation de leur habitat et de l’influence d’autres insectes qui ont été introduits dans la région.

"Leur rôle est essentiel pour maintenir la santé des plantes et des animaux sur l’île", explique Gregory Koob, attaché du Département américain de gestion de la faune et de la pêche à Honolulu.

Plusieurs mesures sont actuellement mises en place pour renverser la tendance, avec le soutien financier des autorités fédérales américaines. L’entomologiste hawaïen Jason Graham a développé des nids artificiels qui abritent les derniers spécimens d’abeilles à tête jaune, loin des fourmis et autres prédateurs. Il espère que les alvéoles en bois pourront "aider à préserver les abeilles pour qu’elles ne soient plus en voie d’extinction", a-t-il expliqué au National Geographic.

Publicité

Il y a une semaine, le Département américain de gestion de la faune et de la pêche a également proposé de placer une autre abeille native du Nord-Ouest des États Unis sur la liste des espèces en danger.

Honey bees (Photograph: Col Ford and Natasha de Vere via Flickr CC)

(© Col Ford and Natasha de Vere/Flickr CC)

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Publicité

Par Matthew Kirby, publié le 05/10/2016

Copié

Pour vous :