Roman Polanski à Cannes en mai 2017. (© Dominique Charriau/WireImage/Getty Images)

Une troisième femme accuse Roman Polanski d’agression sexuelle sur mineure

Une troisième femme a affirmé avoir été violée par Roman Polanski lorsqu’elle était mineure. L’agression sexuelle se serait produite en 1973, alors qu’elle était âgée de 16 ans, dans le sud de la Californie.

Roman Polanski à Cannes en mai 2017. (© Dominique Charriau/WireImage/Getty Images)

Après Samantha Geimer et Charlotte Lewis, une troisième femme a déclaré avoir été violée par Roman Polanski, rapporte Franceinfo. Se présentant sous le seul prénom de Robin, elle s’est exprimée ce mardi 15 août lors d’une conférence de presse à Los Angeles. Le réalisateur aurait "sexuellement abusé" d’elle lorsqu’elle avait 16 ans, en 1973. La victime supposée a expliqué :

Publicité

"Le lendemain, j’ai dit à un(e) ami(e) ce que M. Polanski m’avait fait. La raison, à cette seule exception près, pour laquelle j’ai gardé cela pour moi, c’est que je ne voulais pas que mon père fasse quelque chose qui aurait pu l’envoyer en prison pour le reste de sa vie."

Un accusé en fuite depuis quarante ans

Son avocate, Gloria Allred, a ajouté que Roman Polanski avait agressé sa cliente dans le sud de la Californie, mais qu’elle ne donnerait pas plus de détails. Robin a voulu sortir de son silence après avoir appris que Samantha Geimer souhaitait clore le dossier l’opposant au réalisateur. Roman Polanski est accusé d’avoir droguée et violée cette dernière après une séance photo quand elle était âgée de 13 ans, en 1977 à Los Angeles. Un accord juridique avait été établi à l’époque avec l’accord de la famille de la victime et ses avocats. Roman Polanski avait plaidé coupable pour des relations sexuelles illégales avec Samantha Geimer, et en échange, les autres chefs d’inculpation (comme le viol avec fourniture et usage de drogue et la sodomie) ne devaient pas être retenus. L’accusé avait également obtenu de ne pas passer plus de temps en prison que les sept semaines qu’il avait déjà effectuées, et avait été libéré sous caution. Mais craignant une peine plus lourde que ce qui avait été convenu dans l’accord, il avait fui en France en 1978 avant que le verdict ne soit rendu.

Malgré un mandat d’arrêt international émis contre lui en 2005, il n’a depuis jamais été extradé vers les États-Unis et a continué d’exercer son métier, remportant des prix et se montrant dans des festivals. Il a même été désigné pour présider la 42e cérémonie des César, avant d’y renoncer devant la vive polémique que l’annonce avait suscitée — polémique qu’il a malgré tout jugée "injustifiée".

Publicité

Le cinéaste, désormais âgé de 83 ans, a même demandé la permission de retourner aux États-Unis sans être menacé d’emprisonnement il y a quelques mois. Le 3 avril dernier, le tribunal supérieur de Los Angeles a toutefois rejeté "les demandes du prévenu ainsi que les requêtes correspondantes". Épuisée par cette affaire judiciaire qui dure depuis quarante ans, Samantha Geimer a officiellement demandé aux autorités de clore le dossier en juin, ce qui a donc poussé Robin à parler.

Montrer que Samantha Geimer n’est pas "la seule mineure dont Roman Polanski avait abusé"

Cette dernière s’est dite "furieuse" que Samantha Geimer ait pardonné à Roman Polanski, et a expliqué vouloir montrer à cette dernière ainsi qu'"au monde" qu’elle n’était pas "la seule mineure dont Roman Polanski avait abusé". "Je ne l’ai pas oublié, et je pense vraiment que Roman Polanski devrait être tenu responsable de sa conduite criminelle avec Samantha Geimer", a-t-elle ajouté. S’il y a prescription des faits dans le cas de Robin, elle pourrait tout de même être amenée à témoigner lors d’un futur procès selon son avocate. Robin et elle vont donc "étudier ce qu’elles peuvent faire". D’après Gloria Allred, Robin espère que "s’il y a d’autres accusateurs[-trices], [ils ou elles] iront aussi rapporter leurs allégations à des policiers". En 2010, l’actrice britannique Charlotte Lewis avait également déclaré avoir été violée par Roman Polanski lorsqu’elle était âgée de 16 ans et jouait dans son film Pirates. C’était alors aussi Gloria Allred qui la représentait, mais elles n’avaient pas engagé de poursuites à l’encontre du violeur présumé.

Harland Braun, l’avocat de Roman Polanski, a déclaré avoir rapporté les accusations de Robin à son client, qui lui a répondu qu’il ne savait pas "de quoi il s’agissait". L’avocat a expliqué penser que la conférence de presse de Robin était "une tentative d’influencer le juge Gordon", qui doit statuer sur la demande de Samantha Geimer.

Publicité

Par Mélissa Perraudeau, publié le 17/08/2017

Pour vous :