(©Andreas Ahrens/Flickr)

Une start-up ambitionne de traduire le langage des dauphins grâce à un algorithme

Une société suédoise spécialisée dans l’intelligence artificielle espère parvenir à décrypter le langage des dauphins d’ici 2021 à l’aide d’un algorithme. 

(©Andreas Ahrens/Flickr)

(© Andreas Ahrens/Flickr)

Nous savons que les dauphins sont dotés d’une intelligence hors du commun (leur cerveau est bien plus imposant et complexe que celui de l’être humain), et l’on a découvert il y a peu que ces cétacés échangeaient même de véritables conversations entre eux. Alors, pour aller plus loin, la start-up suédoise Gavagai va analyser les sons émis par les dauphins durant les quatre prochaines années afin de mettre au point un algorithme qui les traduise en "paroles". Ce qui pourrait permettre, à terme, de leur répondre et donc de communiquer avec eux.

Publicité

La société a déjà dépensé dix millions de dollars pour mettre au point des algorithmes décryptant le fonctionnement d’une quarantaine de langues humaines. En ce qui concerne les dauphins, dont le système de communication est connu pour être très complexe, il s’agirait donc de passer un cap supérieur et de réussir pour la première fois à percer le mystère de ces animaux dont les modalités de langage sont totalement différentes des nôtres.

Un projet "réaliste" selon son PDG

Pour ce faire, la société Gavagai va étudier les sons d’un groupe de cétacés en captivité d’un delphinarium de la région de Stockholm et les compiler dans une sorte de "dictionnaire". Les fondateurs du programme espèrent que grâce à leur programme mettant l’intelligence artificielle au service des données récoltées pendant quatre ans sur les mammifères, le langage des dauphins pourra enfin être traduit en "mots".

C’est en tout cas l’ambition affichée par Lars Hamberg, le PDG de la société, qui qualifie dans des propos rapportés par le Huffington Post son programme de "très réaliste, au vu des récentes avancées dans la science et la technologie, notamment concernant l’intelligence artificielle du langage". Il précise également que son équipe a déjà commencé à mener des recherches similaires sur des chats et des oiseaux et qu’elle compte bien étendre son domaine d’activité à d’autres animaux. Ainsi, nous pourrions peut-être entrer en contact avec les animaux dans un avenir plus proche que prévu et ce, sans même passer par la science-fiction.

Publicité

Par Jeanne Pouget, publié le 03/05/2017

Pour vous :