Une start-up a inventé des tampons et des couches biodégradables à base de méduses

Alors que les méduses continuent d'abîmer les infrastructures sous-marines, de bouleverser les écosystèmes des océans et de gâcher nos baignades, une compagnie israélienne leur a trouvé une utilité. 

2443353018_2fe6550879_b

(© Diego/Flickr/CC)

Les méduses envahissent les océans du monde entier. Cet été, elles sont arrivées en grand nombre sur les côtes américaines et autant vous dire que ce n'était pas très agréable. La prolifération de ces animaux aussi fascinants qu'agaçants est due au réchauffement de la mer, à la pollution et à la pêche excessive.

Publicité

L'acidité grandissante des océans ferait également prospérer les méduses, d'après l'océanologue Lisa-Ann Gershwin. Dans le golfe du Mexique, certaines colonies de méduses peuvent ainsi s'étendre sur plus de 160 kilomètres. En plus d'embêter les nageurs, les méduses abîment, voire détruisent, des infrastructures sous-marines, dont certaines appartenant à des centrales nucléaires.

Une start-up israélienne pense avoir trouvé une solution miracle à cette pullulation : fabriquer des couches et des produits d'hygiène féminine (tampons ou serviettes) biodégradables à partir de leur chair. La ligne de produits s'appelle Cine’al et a été conçue par Shachar Richter, chercheur à l'université de Tel Aviv, qui étudie les méduses depuis quelques années.

Une solution écolo

Au cours de ses recherches, le scientifique a remarqué que la chair des méduses pouvait absorber une très grande quantité de liquide. Avec son équipe, il a donc créé un nouveau matériau : l'hydromash. Cette matière révolutionnaire se fabrique en mélangeant de la chair de méduses avec des nano-particules antibactériennes, pour éviter que ça pique. Le résultat donne un matériau solide, flexible et biodégradable.

Publicité

Une invention écolo qui pourrait se montrer décisive pour notre planète, quand on sait qu'une femme utilise environ 11 000 tampons dans sa vie et qu'un seul tampon peut prendre des centaines d'années à se désintégrer dans la nature – alors qu'un produit élaboré à partir d'hydromash mettrait seulement 30 jours à disparaître. Les produits Cine'al devraient être accessibles au grand public en 2018.

Par Clotilde Alfsen, publié le 15/11/2016

Pour vous :