Une étude menée sur 50 ans conclut à l’inefficacité de la fessée sur le comportement des enfants

En vrai, c’est plutôt l’effet inverse de celui escompté. Ça fait juste mal aux enfants.

Une étude menée sur cinquante ans, et sur un panel de plus de 160 000 enfants par des chercheurs de l’université du Texas et de l’université du Michigan s’est penchée sur la vertu pédagogique de la fessée administrée aux enfants.

King of the Hill. (© Fox)

Publicité

Publiée dans la revue Journal of Family Psychology, cette étude montre que plus les enfants reçoivent la fessée et plus ils risquent de développer des comportements antisociaux ou de développer des problèmes psychiques. Andrew Grogan-Kaylor, professeur à l’université du Michigan et coauteur de l’étude a expliqué à NBC :

"L’étude montre que la fessée augmente la probabilité d’une variété importante de symptômes chez l’enfant. La fessée produit donc l’inverse de ce que les parents voudraient."

L’étude montre également une autre corrélation : les enfants souvent fessés par leurs parents sont plus susceptibles de recourir eux-mêmes à la fessée en tant que parent, transmettant ainsi les effets négatifs de génération en génération. Elizabeth Gershoff, professeur à l’université du Texas et coauteur de l’étude a ajouté :

Publicité

"Nous avons découvert que la fessée produit de nombreux résultats problématiques non souhaités et n’a pas pour effet la conformité désirée par les parents lorsqu’ils souhaitent punir leurs enfants."

(Giphy)

De fait, la recherche permet même de conclure que les effets de la fessée sur le comportement et les émotions sont proches de ceux des violences physiques exercées sur les enfants. Elizabeth Gershoff souhaite que cette nouvelle recherche permette aux parents de prendre de bonnes décisions en conscience de cause en matière de punitions. Elle ajoute :

Publicité

"Nous espérons que cette étude permettra d’éduquer les parents sur les dangers potentiels de la fessée et les encouragera à choisir des méthodes de discipline plus positives."

Au-delà de questions de choix d’éducation, il n’y a aucune preuve qui permet d’affirmer l’utilité de la fessée, bien au contraire, elle semble avoir de graves effets sur le bien-être des enfants. Il serait donc peut-être temps de mettre fin à cette pratique pour de bon. Les "violences corporelles" devaient être interdites en France à partir de janvier 2017 mais l’amendement contre la fessée a été censuré par le Conseil constitutionnel.

Par Kimberly B. Johnson, publié le 28/07/2017

Pour vous :