Une entreprise développe des vélos qui aspirent la pollution

Une innovation qui pourrait ressusciter la culture du vélo en Chine.

Partout dans le monde, la pollution de l’air des métropoles atteint des sommets inquiétants. Tout particulièrement en Chine, où on estime que l'"airpocalypse" tue prématurément plus d’un million de personnes chaque année. Le gouvernement s’est attaqué au problème avec plusieurs mesures comme la création d’une brigade antipollution et l’arrivée de taxis électriques. Jusqu’à présent, rien n’a réellement fonctionné. Mais cela n’a pas découragé l’artiste et inventeur hollandais Daan Roosegaarde, qui espère changer les choses avec sa dernière création : le vélo antipollution.

Publicité

Présenté pour la première fois lors d’une conférence de presse au Forum économique de Dalian, dans le nord-est de la Chine, le vélo sera bientôt développé en collaboration avec Ofo, le plus grand programme de partage de vélo du pays, et Tezign, une plateforme de design.

Ce vélo antipollution est la dernière invention réalisée dans le cadre du Smog Free Project (le "projet antipollution") de Daan Roosegaarde, un programme de recherche qui innove pour combattre la pollution atmosphérique. Avec son équipe d’ingénieurs et de chercheurs, il a déjà fabriqué la Smog Free Tower, premier grand aspirateur de particules au monde. Cette tour de sept mètres de haut peut nettoyer jusqu’à 30 000 mètres cube d’air par heure.

Publicité

Daan Roosegaarde explique les enjeux liés à ce vélo :

"Ce vélo innovant […] aspire l’air pollué, le nettoie, et libère de l’air propre autour du cycliste.

Il fonctionne sur le même système que la Smog Free Tower et offre une solution saine et durable pour les populations urbaines, en combattant à la fois les problèmes de circulation et de pollution de leur ville."

Actuellement à l’état de prototype, le vélo antipollution pourrait être mis en circulation dès l’automne 2017. Daan Roosegaarde espère que son projet aidera la Chine avec son problème de pollution, mais aussi qu’elle ravivera la culture du vélo. Il explique au Guardian :

Publicité

"Dans le passé, Pékin était connu pour sa culture du vélo. Ensemble, Chinois et Hollandais sont en train d’unir leur expertise pour redonner à la bicyclette son statut d’icône culturelle en Chine tout en luttant contre la pollution."

Si vous souhaitez soutenir le Smog Free Project, sachez que l’équipe compresse les particules de carbone que la Smog Free Tower absorbe à Pékin et les transforme en bagues et en boutons de manchettes.

Pour en savoir plus, écoutez les explications de Daan Roosegaarde lors de son discours à une conférence TED :

Publicité

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Par Justina Bakutyte, publié le 17/07/2017

Pour vous :