AccueilÉDITO

Une école américaine remplace son nom de leader confédéré par celui de Barack Obama

Publié le

par Cyrielle Bedu

Située dans l’État du Mississippi, l’école primaire "Davis Magnet International Baccalaureate Elementary School" sera rebaptisée en 2018 "Barack Obama Magnet International Baccalaureate Elementary".

Imaginez : un établissement scolaire public américain – fréquenté à 98 % par des élèves noirs – qui porterait le nom d’un fervent partisan de l’esclavage. Cette situation pour le moins ubuesque a été une réalité pendant des années à la Davis Magnet International Baccalaureate Elementary School, une école primaire de la ville de Jackson, dans le Mississippi.

Chaque jour, les élèves se rendaient donc dans un établissement honorant un homme qui aurait voulu les réduire en esclavage, et qui est aujourd’hui considéré comme une icône dans les mouvements d’extrême droite américains.

Cet homme, c’est Jefferson Davis. Il a été l’unique président de l’éphémère république des États confédérés d’Amérique, pendant la guerre de Sécession. Comme l’explique le Washington Post, l’idée de changer le nom de l’établissement lui rendant honneur dans la ville de Jackson est venue après les manifestations de néonazis et de suprémacistes blancs qui ont eu lieu à Charlottesville, le 12 août dernier. Depuis, de nombreuses villes américaines ont décidé de retirer leurs monuments à la gloire de soldats confédérés.

Dans le Washington Post, la représentante des parents d’élèves de l’école, Janelle Jefferson, note que Jefferson Davis n’aurait de toute façon "probablement pas été content de voir qu’une école ayant de la diversité et promouvant l’éducation des personnes" qu’il a voulu "maintenir en esclavage porte son nom". Le changement d’appellation de l’école se fera en 2018.

Aux États-Unis, 21 écoles publiques ont été nommées "Obama" depuis la première élection de Barack Obama en 2008. Parmi ses établissements, deux portent le nom de l’ancienne Première Dame, Michelle Obama.

Dans tous les États-Unis en revanche, 138 établissements publics étaient encore nommés en l’honneur d’anciens leaders confédérés en 2016.

À lire -> Depuis Charlottesville, plusieurs villes américaines ont retiré leurs monuments confédérés

À voir aussi sur konbini :