AccueilÉDITO

Un texte poignant sur les possibles conséquences d'une présidence Fillon

Publié le

par Théo Mercadier

Dans un texte alarmant, Cédric Moulard, simple internaute, s'inquiète des conséquences que pourrait avoir l'élection de François Fillon à la présidence de la République sur son quotidien et celui de sa famille. 

© François Fillon/Facebook

François Fillon a remporté le 27 novembre la primaire de la droite et du centre, il sera donc le candidat du parti Les Républicains à l'élection présidentielle en mai prochain. Son programme économique ne fait pas dans la dentelle, et François Fillon est le premier à l'assumer. Certains n'hésitent pas à le comparer à Margaret Thatcher, qui a, dans les années 1980, démoli l'équilibre social anglais, écrasé les syndicats et privatisé à tout va les propriétés de l'État.

D'autres, des citoyens lambda, se sont demandé ce que signifierait une victoire de François Fillon en 2017 et les conséquences que pourrait avoir son élection sur leur vie quotidienne. En reprenant les points clés du programme du candidat de la droite et du centre et en les traduisant en conséquences bien réelles, Cédric Moulard, photographe, a tenté de saisir la vie qui pourrait être la sienne en 2020.

À Buzzfeed, il explique avoir écrit ce texte (partagé près de 90 000 fois) "d'une traite, en cinq minutes". Nous avons décidé de le relayer :

"2020, tu te lèves pour aller travailler et mener tes enfants à l'école. Ta femme est déjà partie, avec la suppression des 35 heures et les nouveaux accords d'entreprise elle travaille 42 heures par semaine. Elle a bien voulu protester mais les procédures de licenciement ont été facilitées et vous avez besoin de ce travail.

Toi, tu fais 39 heures maintenant. Tu les faisais déjà avant mais tu perds toutes les heures supplémentaires. Ça vous arrange pas parce qu'avant tu pouvais aller chercher les enfants à la sortie de l'école mais maintenant il faut payer une garde. Et jusqu'à 19 heures. À la maison c'est l'enfer.

Ben oui, vous n'avez pas vraiment eu le choix. Tu t'es retrouvé au chômage et avec la dégressivité des allocations tu as été obligé d'accepter un travail à 50 kilomètres de chez toi. C'est pas dans ta branche, ça fait des frais énormes mais c'était ça ou le RSA.

La semaine prochaine, vous êtes emmerdés parce que la maîtresse de votre dernier est en formation. Avec la suppression des 500 000 fonctionnaires il n'y a personne pour la remplacer. D'habitude tu l'aurais laissé à ta mère mais elle est trop fatiguée. Ca fait 6 mois qu'elle traîne un sale truc mais qu'elle peut pas être hospitalisée parce qu'il n'y a pas de lit disponible à l'hôpital. Et puis ça coûterait trop cher avec la réforme de l'assurance-maladie.

L'année prochaine, ton aîné va faire des études secondaires. Enfin, aimerais faire des études secondaires. Avec la quasi-suppression des budgets et la pleine autonomie des universités les frais d'inscription ont explosé. Vous ne savez pas trop comment ça va se passer. Dans le pire des cas il trouvera un job au SMIC. Il n'a pas été augmenté depuis 2 ans mais c'est mieux que rien.

Ta sœur qui est à l'étranger t'as envoyé un colis. Ca fait 15 jours qu'il est à la poste. Depuis qu'elle a été déplacée dans le village voisin et qu'elle n'est ouverte que le matin en semaine tu ne peux plus y aller. Tant pis, le colis va repartir.

À la télé hier soir il y avait un reportage sur les patrons du CAC 40. 50 % d'augmentation en 2 ans et aucune création d'emploi. Ils n'ont aucune contrepartie pour les aides de l'État alors pourquoi ils le feraient ? Et puis ça les a bien aidé la suppression de l'ISF.

Tu repenses à 2017, l'élection de Fillon. Tu as savouré la claque donnée à Sarkozy lors de la primaire, c'était jubilatoire. Tu t'es dis que Fillon n'était pas bien méchant. Tu as quand même été surpris quand il a appliqué son programme et que tout est passé par ordonnance et 49-3. Il l'avait dit mais tu n'y croyais pas vraiment.

PS : Rien n'a été inventé, tout figure dans le programme de Fillon. Personne ne sait s'il est applicable, s'il sera appliqué mais ça laisse songeur

PS 2 : Ne me demandez pas quelle est l'alternative, j'en sais rien"

Tous les points abordés figurent bien dans le programme de François Fillon : hausse du temps de travail, dégressivité des allocations chômage, suppression de l'impôt sur la fortune (ISF). D'autres sont hautement probables comme la non-augmentation du SMIC, le candidat critiquant le fait qu'il augmente "mécaniquement chaque année".

Enfin, sur la réforme du système de santé et la suppression de 500 000 fonctionnaires, Cédric Moulard pousse à l'extrême des réformes qui ne sont pas encore tout à fait définies (par exemple, dans quel domaine seront supprimés ces postes de fonctionnaires ?) mais qui, une fois appliquées, pourraient tout à fait déboucher sur ce genre de situation.

À voir aussi sur konbini :