featuredImage

Un concours offre 100 000 dollars à ceux qui trouveront une alternative à Facebook

Sept équipes proposant un projet alternatif et plus éthique seront sélectionnées.

(© Pixabay)

Voilà une initiative, relayée par BFM, qui a le mérite d’être à la fois tranchante et constructive. Tranchante parce qu’elle condamne sans appel Facebook après le #CambridgeAnalyticaGate. Constructive parce qu’elle propose un coup de pouce pour construire un monde meilleur.

Le projet OpenBookChallenge a été lancé par Jason Calacanis, un "business angel" qui a notamment eu la bonne idée d’être l’un des premiers investisseurs d’Uber. Nouvel ordre du jour : créer un réseau social qui ressemblera à Facebook mais en plus éthique (pub réduite, système d’abonnement éventuel, usage des crypto-monnaies) et qui, si possible, atteindra le milliard d’utilisateurs. Sur le site, on peut lire :

"Facebook est une force destructrice pour notre société. Nous investirons 100 000 dollars dans un projet qui proposera quelque chose de mieux. […] Avoir des idées, c’est bien, mais comme Zuckerberg nous l’a montré, leur mise en application nous importe davantage dans cette compétition […]."

Les sept équipes sélectionnées recevront chacune un investissement de départ de 100 000 dollars (80 000 euros environ) et auront une place toute chaude dans un bel incubateur. Arrêtons-nous un instant sur l’ironie du dispositif : on peut d’ores et déjà discuter du projet sur… un groupe Facebook. Pas de doute, il faut vite trouver une alternative.

Créer un réseau social alternatif et ambitieux n’est pas nouveau. Mais, jusque-là, personne n’a réussi à détrôner Facebook (on pense ici à Diaspora), ni Instagram (avec Vero comme challengeur), ni Twitter (avec son quasi-clone Mastodon).

Par Pierre Schneidermann, publié le 22/03/2018

Copié