Entre l'Ukraine et la Russie, la guerre se joue aussi sur Twitter

Alors que le chaos règne à la frontière Est de l'Ukraine, loyalistes et pro-russes s'affrontent également sur le front Twitter, véritable champ de bataille 2.0.

La carte humoristique envoyée par les diplomates canadiens à l'adresse de leurs homologues russes

La carte humoristique envoyée par les diplomates canadiens à l'adresse de leurs homologues russes.

Si le conflit armé n'a pas officiellement commencé, la guerre pas-si-froide entre la Russie et l'Ukraine n'est plus qu'un secret de polichinelle. Images satellite de l'Otan, aveu du chef des séparatistes et d'une conseillère de Vladimir Poutine... De nombreuses sources semblent concorder pour l'affirmer : il y aurait "bien plus" d'un millier de militaires russes dans l'Est du territoire ukrainien.

Publicité

Pourtant, l'exécutif russe continue de nier ces affirmations. Sergueï Choïgou, ministre de la Défense, s'obstine à déclarer : "Il n'y a qu'une unité" d'une "dizaine" de "soldats russes ayant traversé la frontière de façon non intentionnelle il y a deux jours". Il fait là référence aux militaires que l'Ukraine annonçait avoir arrêté mardi.

Le 28 août, une porte-parole de l'Otan se fait le relais des photos satellite censées prouver la présence militaire russe en Ukraine. Les retweets abondent.

Publicité

Ces images font rapidement le tour du web et se sont retrouvées dans des coupures de journaux à travers le globe afin d'accréditer la thèse d'une "invasion", comme Kiev qualifie sa propre situation. Si vous en doutiez, voilà comment Twitter devient également un champ de bataille.

Propagande sur Twitter

Après le largage d'images prises du ciel, c'est au tour de la diplomatie de se déployer sur le terrain numérique. Notons le triple tweet de Geoffrey Pyatt, ambassadeur américain en Ukraine, qui s'efforce à donner des nouvelles du front en n'hésitant pas à s'adonner massivement aux retweets pro-loyalistes. Selon lui, l'offensive russe, constituée de "tanks, véhicules blindés, artillerie et lance-roquettes", a subi une première défaite face aux forces ukrainiennes .

Geoffrey Pratt, très à l'aise avec Twitter, connaît la force d'impact des réseaux sociaux. Contenue dans son deuxième tweet, l'information la plus terrifiante pour l'opinion est qu'un "nombre croissant" de troupes russes "interviennent directement" dans les combats en territoire ukrainien.

Publicité

En trois fois 140 caractères, l'ambassadeur de la nation la plus puissante militairement explique alors officiellement qu'il assiste (depuis Kiev...) à un flagrant délit d'invasion armée de la part du vieux rival de l'Est. Message hautement significatif en termes de diplomatie, il renforce l'opposition américaine face à l'expansionnisme russe.

Publicité

Le Canada fait des blagues

Amusée par l'obstination de Moscou quant à déclarer que les soldats russes sont bien restés de leur côté de la frontière (à part les quelques "dizaines" d'entre eux soi-disant égarés), la délégation canadienne à l'Otan s'est permis un tweet plus taquin que va-t-en guerre. Afin "d'aider" les chefs d'état-major de l'armée russe à mieux distinguer les frontières, ils leur offrent gratuitement un petit cours de géographie :

Piquée au vif, la diplomatie du Kremlin a répondu dans un tweet sans équivoque. Dans un souci pédagogique bien entendu : "afin d'aider nos collègues canadiens à mieux comprendre la géographie contemporaine de #Europe".

La Crimée, on la tient, on la garde

Plus qu'inscrire une bonne fois pour toutes l'annexion de la Crimée dans les esprits, l'auteur de ce tweet pro-russe dégaine un ample bras d'honneur à la communauté internationale "atlantiste", qui n'a pas levé le petit doigt lors du rattachement de la région à la patrie de Vladimir Poutine. Humour russe, quoi.

De notre point de vue, l'Ukraine est en train de gagner la guerre – du moins, celle qui se trame sur Twitter. Le 27 août, une abonnée au réseau biélorusse tweetait : "Il faut 1000 retweets pour faire monter le hashtag sur l'invasion par la Russie dans les trends mondiaux #RussiainvadedUkraine", qui signifie "La Russie a envahi l'Ukraine". Peut-être grâce à sa force évocatrice, son usage a extrêmement bien rebondi.

En trois jours, le mot-clé fatal a franchi la barrière des 500 000 tweets – et ce même s'il émanait du compte d'une abonnée dont le fil Twitter fait bien souvent l'amalgame entre le président russe et un certain dictateur des années 30 à l'idéologie raciste.

Le hashtag #RussiainvadedUkraine s'impose

Italien, anglais, russe, ukrainien, français... Les abonnés qui se sont saisis de #RussiainvadedUkraine se sont exprimés dans de nombreuses langues, exhortant de nombreux responsables et organisations internationales, comme le précise le Global Voices Online. Ainsi, le ministère des affaires étrangères ukrainien postait tout simplement cette image.

On peut se demander, comme le journaliste du KyivPost Christopher Miller, s'il s'agit d'un signe comme un cri de ralliement à succès ou bien... d'une "annonce officielle de l'invasion russe option hashtag" :

Pour l'heure, l'Ukraine tient le jeu des réseaux sociaux. Mais sur le terrain, le vrai, des hommes et des femmes meurent chaque jour. Le pays, est en proie au chaos et incapable de mobiliser une aide militaire "d'envergure" – qu'il appelle du pied autour des tables rondes diplomatiques. À l'heure qu'il est, on estime que ce "conflit" (qu'on n'ose toujours pas appeler "guerre" ouvertement) a fait 2 600 morts.

Heureusement, certains saisissent l'occasion de cette catastrophe diplomatique pour détendre un peu l'atmosphère. Même si la blague risque de ne faire rigoler qu'un seul camp. Ouais. Pas sûr que la diplomatie russe goûte l'humour des Monty Python.

Par Théo Chapuis, publié le 29/08/2014

Pour vous :