AccueilÉDITO

Conflit ukrainien : l’Europe adopte la prolongation des sanctions contre la Russie

Publié le

par Astrid Van Laer

Jeudi 22 juin, les membres du Conseil européen ont adopté à l’unanimité la poursuite des sanctions économiques à l’encontre de la Russie, estimant que celle-ci a dérogé au protocole de Minsk conclu pour enclencher un processus de paix entre l’Ukraine et la Russie, empêtrées dans un conflit qui a fait plus de 10 000 morts à ce jour.

Jeudi 22 juin, les dirigeants des pays l’Union européenne (UE), réunis en sommet à Bruxelles, ont validé la poursuite des sanctions économiques à l’encontre de la Russie, estimant que cette dernière ne respecte pas suffisamment les termes du protocole de Minsk. Engagées en 2014 au moment de l’annexion de la Crimée par la Fédération de Russie, ces poursuites étaient censées prendre fin en juillet 2017. Comme le rappelle Libération, ces dernières concernent notamment des "banques et entreprises russes du secteur de la défense" mais également "près de 150 personnalités, dont des proches du président russe Vladimir Poutine inscrits sur la 'liste noire' de l’Union européenne". Par conséquent :

"Leurs avoirs détenus par des banques européennes sont gelés et elles sont privées de visas pour l’Union européenne."

Le protocole de Minsk désigne l’accord signé entre le président ukrainien Petro Porochenko et le président russe Vladimir Poutine le 5 septembre 2014, dont le premier point stipule la nécessité d'"assurer immédiatement la cessation bilatérale du recours aux armes". Pour les dirigeants européens, la Russie ne respecte toujours pas l’accord conclu et soutiendrait les rebelles séparatistes pro-russes. Pour justifier la poursuite des sanctions, la chancelière allemande Angela Merkel a évoqué "peu de progrès" ainsi que des "violations constantes du cessez-le-feu". C’est le président du Conseil européen, Donald Tusk, qui a annoncé cette décision dans une publication sur le réseau social Twitter :

"Adopté. L’Union européenne poursuit les sanctions prises à l’encontre de la Russie en raison de leur insuffisante mise en œuvre du protocole de Minsk."

La Russie dénonce une "obsession russophobe"

En guise de réplique, la Russie avait mis en place en 2014 un embargo, prolongé jusqu’à la fin 2017, sur l’importation des produits agroalimentaires des pays qui l’ont sanctionnée. Vladimir Poutine avait déclaré :

"J’ordonne d’interdire ou de limiter pendant un an les importations sur le territoire russe de certains types de produits agricoles, de matières premières et de denrées alimentaires [provenant de pays qui ont] décidé la mise en place de sanctions économiques."

Mardi 20 juin, le président américain Donald Trump recevait son homologue Petro Porochenko. À cette occasion, l’administration américaine avait elle aussi fait savoir son intention de poursuivre les sanctions à l’encontre de la Russie. Ce que s’était empressé de dénoncer le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui avait fustigé une "obsession russophobe" de Washington "qui dépasse toutes les limites". Selon Le Figaro, dans la foulée, une réunion diplomatique "de haut rang" entre les deux pays avait été annulée. La décision du Conseil européen pourrait donc également entraîner une riposte économique ou diplomatique de la Russie.

À lire -> Qui est Donald Tusk, réélu à la tête du Conseil européen ?

À voir aussi sur konbini :