AccueilÉDITO

#TwoMenKissing, le hashtag pour s'opposer à la haine après la tuerie d'Orlando

Publié le

par Juliette Geenens

Après l'horreur du massacre au Pulse, un club gay d'Orlando, en Floride, les internautes se mobilisent pour contrer la haine et l'homophobie grâce à des photos de couples homosexuels qui s'embrassent.

La tuerie d'Orlando (Floride), survenue dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juin, dans une boîte de nuit gay a secoué toute la communauté LGBT (lesbian, gay, bi, et trans) du monde entier, avec un bilan tragique d'au moins 49 morts et 53 blessés. Revendiquée par Daech, l'attaque est de nature terroriste mais aussi homophobe.

Face à cet acte de violence insoutenable, les internautes tentent de panser les plaies et de sécher leurs larmes avec des messages positifs. Depuis hier, lundi 13 juin, sur les réseaux sociaux, le hashtag #TwoMenKissing (en français : "deux hommes qui s'embrassent") s'impose comme une réponse à cet attentat et plus généralement à la haine contre les homosexuels.

Des photos de couples gays échangeant un baiser inondent Instagram et Twitter pour symboliser l'amour et prôner la tolérance grâce à une image, d'apparence anodine, mais qui fait ridiculement frémir les homophobes.

Traduction : "Deux hommes qui s'embrassent."

Traduction : "Les super-héros ne sont pas homophobes."

Traduction : "C'est important aujourd'hui de partager des images de deux hommes qui s'embrassent, alors j'ai ressorti ceci de mes archives : le jour de mon mariage."

Une photo publiée par dsblue55 (@dsblue55) le

Traduction : "Oh, regardez, deux hommes qui s'embrassent. FAUDRA VOUS Y FAIRE !"

L'homophobie tue, brise et bouleverse des vies

L'homophobie, aujourd'hui, touche de nombreux individus, mais brise aussi des familles et bouleverse des proches, chaque jour. Le carnage qui a eu lieu le week-end du 11 juin n'est pas le premier acte de violence qui vise la communauté homosexuelle, bisexuelle et transexuelle aux États-Unis : le plus tristement célèbre remonte à 1973, quand un individu, jamais confondu par les autorités, a bloqué les portes d'un club gay à la Nouvelle-Orléans (Louisiane), l'Upstairs Lounge, avant d'y mettre le feu, tuant une trentaine de personnes à l'intérieur.

Selon le FBI, les agressions liées à l'orientation sexuelle représentaient 18,6 % des violences signalées sur le sol américain durant l'année 2014. Ainsi que le rappelle Libé, ces actes de violence restent aujourd'hui encore difficiles à chiffrer de manière précise, aux États-Unis comme dans le reste du monde.

À voir aussi sur konbini :