Sur Twitter, la mannequin Shahira Yusuf relance le débat sur le manque de diversité dans la mode

Du haut de ses 20 ans, la mannequin Shahira Yusuf s’insurge contre les codes de l’industrie de la mode. Et elle l’a fait savoir via un tweet, devenu très rapidement viral.

Si l’industrie de la mode est encore vivement pointée du doigt pour son manque de diversité évident, la mannequin d’origine somalienne Shahira Yusuf a choisi de partager un message puissant via son compte Twitter, en signe de protestation. Elle a en effet publié trois photos d’elle posant pour une campagne de mode :

Publicité

Traduction : "Je ne suis pas Kendall Jenner, mais une fille noire de religion musulmane qui vient de l’est de Londres et qui compte bien faire son trou dans l’industrie de la mode."

Depuis, la mannequin a expliqué à i-D qu’elle avait pris cette initiative parce qu’elle sait à quel point il est compliqué de se démarquer dans une telle industrie compétitive : "J’ai décidé de me présenter via un tweet, qui est devenu complètement viral."

Elle poursuit en indiquant qu’elle ne vient pas d’un milieu aisé, mais qu’elle compte bien percer tout en restant fidèle à ses valeurs et ses origines. Des mots et une assurance qui ont pleinement convaincu la twittosphère, qui s’est directement rangée de son côté en lui envoyant moult messages de support.

Publicité

"Je ne prétends pas être parfaite"

Shahira Yusuf précise en outre qu’elle souhaite apporter un peu de confiance à toutes les femmes d’aujourd’hui. En effet, pour beaucoup de femmes, il est de plus en plus difficile de s’aimer tel qu’elles sont, tant l’idéal féminin diffusé par les médias est le même depuis des décennies. À savoir, de (très) jeunes femmes blanches qui font du 34 (si ce n’est moins).

De son point de vue, toutes les femmes sont belles, et il n’est pas nécessaire de se conformer à un certain type de beauté, de style ou de personnalité. Bien au contraire, c’est cette diversité qui fait la richesse de la beauté humaine. Elle ajoute que même si l’on peut noter que des efforts ont récemment été faits par le secteur de la mode, le chemin reste encore long, et elle espère pouvoir contribuer au changement de cette industrie du rêve. Elle conclut :

"Je suis une fille ordinaire, je n’ai pas d’histoire à raconter. Et je ne prétends pas être parfaite, je m’efforce juste d’être la meilleure version de moi-même."

Publicité

On espère que ce message saura impacter la sphère mode, qui reste encore trop peu diversifiée, et par conséquent, trop peu représentative de notre société.

Par Manon Baeza, publié le 21/11/2017

Pour vous :